La pénurie mondiale de semi-conducteurs amorcée peu après l'éclatement de la crise sanitaire n'est toujours pas résolue. Soucieux de compresser les coûts, les clients n'avaient pas constitué suffisamment de stocks, et les problèmes logistiques qui ont suivi ont fait le reste. Les entreprises espèrent à présent redresser la barre en commandant à tout-va.
...

La pénurie mondiale de semi-conducteurs amorcée peu après l'éclatement de la crise sanitaire n'est toujours pas résolue. Soucieux de compresser les coûts, les clients n'avaient pas constitué suffisamment de stocks, et les problèmes logistiques qui ont suivi ont fait le reste. Les entreprises espèrent à présent redresser la barre en commandant à tout-va.Cette situation est en théorie favorable aux fonderies, à qui certains développeurs confient la production de semi-conducteurs. Encore faut-il que les fonderies elles-mêmes puissent suivre, ce qui n'est pas le cas de X-Fab. L'usine française du groupe, qui fabrique actuellement des produits de grande consommation, subit des transformations, mais les travaux prendront du temps. Celles de Sarawak (Malaisie) et du Texas sont également en phase d'agrandissement. Or ces investissements n'auront d'effets qu'à partir de l'an prochain, quand le pic des commandes sera peut-être passé - surinvestir, dans ce secteur cyclique, n'est pas non plus une solution. Le chiffre d'affaires (CA) consolidé a augmenté de près de 27%, à 172,3 millions de dollars, entre le 3e et le 4e trimestre (prévision: 170-180 millions, mais consensus: 2% de plus). Bien qu'il soit passé à 33,9 millions (+50,8%), le bénéfice opérationnel brut (Ebitda) est de 10% inférieur aux attentes (marge d'Ebitda: 19,7%). Selon la direction, les hausses des coûts ne se répercutent dans les prix qu'avec retard. Sur l'ensemble de l'exercice, le CA a bondi de 37,7%, à 657,8 millions de dollars (prévisions: entre 655 et 665 millions). Les trois activités principales (automobile, industrie, médical) ont assuré 80% du CA consolidé. A l'Ebitda de 153,3 millions de dollars correspond une marge de 23,3% (2020: 12,7%). Le volume de commandes a atteint 249,1 millions de dollars (+31%), un record. La direction vise pour le trimestre en cours un CA de 175-185 millions de dollars; au point médian de cette fourchette correspond une hausse de 16% en glissement annuel, ou de 4,5% en glissement trimestriel. La marge d'Ebitda devrait être identique à celle du dernier trimestre (entre 19% et 23%). X-Fab table pour l'exercice sur un CA de 780 à 815 millions et un Ebitda de 180 millions environ (marge: 22,5%). Le CA devrait progresser davantage l'an prochain, quand les nouvelles capacités de production seront disponibles. Une plus grande efficacité devrait également permettre d'accroître la rentabilité. L'entreprise compte franchir la barre du milliard de dollars de CA en 2026 - voire dès 2024, si elle conserve son taux de croissance actuel -, pour une marge d'Ebitda qui devrait d'ici là grimper à 27%. Elle fait rapport en dollar, mais est cotée à Paris en euro. Le risque de change est couvert de façon naturelle depuis cette année, puisque 41% du CA sont désormais réalisés en euro. Ce pourcentage est à peu près identique à celui des coûts (25% il y a un an). Les flux de trésorerie disponibles sont passés à 42,3 millions de dollars (+18%). X-Fab a clos l'exercice sur une trésorerie de 290,2 millions de dollars (205,9 millions en 2020), à opposer à une dette de 127 millions. Soit une trésorerie nette de 1,1 euro par action.Parallèlement à la correction généralisée du marché, l'engouement pour les actions des fabricants de semi-conducteurs est retombé. Ce qui n'empêche pas l'avenir de s'annoncer radieux pour X-Fab, qui attend des capacités de production supplémentaires. A 1,3 fois la valeur comptable et 4,5 fois l'Ebitda escompté, la valorisation de l'action redevient intéressante. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 6,89 eurosTicker: XFAB FPMarché: Euronext ParisCode ISIN: BE0974310428Capit. boursière: 907 millions EURC/B 2021: 11C/B attendu 2022: 9Perf. cours sur 12 mois: +2%Perf. cours depuis le 01/01: -27%Rendement du dividende: -