Actif à ses débuts, en 1998, dans les logiciels, le chinois Tencent n'a pas tardé à déceler le potentiel qu'offre l'Internet mobile. Il s'est dès 2003 diversifié dans les jeux en ligne et, deux ans plus tard, dans les réseaux sociaux et le commerce virtuel. Mais l'initiative la plus déterminante fut peut-être la création, en 2011, de l'application de messagerie mobile WeChat, qui s'est, depuis, muée en une plateforme permettant de tout faire: jouer, commander, s'informer, regarder la TV, réserver, téléphoner... S'exprimant à l'occasion de la Trends Summer University, Johan Thijs, le CEO de KBC, a indiqué que WeChat "donne une idée de ce que sera notre futur"; il a créé un écosystème dont le client n'a ni le besoin, ni l'envie, de sortir, ôtant toutes...

Actif à ses débuts, en 1998, dans les logiciels, le chinois Tencent n'a pas tardé à déceler le potentiel qu'offre l'Internet mobile. Il s'est dès 2003 diversifié dans les jeux en ligne et, deux ans plus tard, dans les réseaux sociaux et le commerce virtuel. Mais l'initiative la plus déterminante fut peut-être la création, en 2011, de l'application de messagerie mobile WeChat, qui s'est, depuis, muée en une plateforme permettant de tout faire: jouer, commander, s'informer, regarder la TV, réserver, téléphoner... S'exprimant à l'occasion de la Trends Summer University, Johan Thijs, le CEO de KBC, a indiqué que WeChat "donne une idée de ce que sera notre futur"; il a créé un écosystème dont le client n'a ni le besoin, ni l'envie, de sortir, ôtant toutes ses chances à la concurrence. Avec WeChat, plus besoin de Google, a-t-il ajouté. Fort de plus d'un milliard d'utilisateurs actifs par mois, WeChat fait donc mieux que les plateformes médias classiques. L'internaute lui consacre une heure et demie par jour en moyenne. WeChat ne tire, lui, pas l'essentiel de ses revenus de la publicité virtuelle, mais des jeux en ligne (quelque 60% de la part de marché chinoise). Ce segment devrait continuer de croître ces prochaines années. Tencent limite le nombre de publicités affichées, ce qui augmente considérablement sa facilité d'utilisation, tout en lui permettant de disposer d'une marge de manoeuvre pour la suite. Le groupe détient quelque 50% du marché du Web chinois, du jamais vu par ailleurs (Facebook se contente d'un cinquième du marché américain). Tencent investit depuis quelques années une part considérable de ses bénéfices dans des entreprises, essentiellement des start-up de l'Internet prometteuses, comme JD.com ou Pinduoduo. Il détient d'ores et déjà plus d'une centaine de participations (minoritaires) dans des enseignes actives dans le commerce en ligne, les paiements, le streaming, les jeux, la réalité virtuelle, etc. Tencent ne cherche pas avant tout à réaliser des plus-values sur ses participations. Il vise à offrir des possibilités de trafic à ses partenaires, en leur proposant, par exemple, des voies d'accès à WeChat. Tencent affiche depuis 2011 une croissance spectaculaire (entre 30 et 56% par an) de son chiffre d'affaires (CA), laquelle devrait se maintenir à 24% l'an en moyenne au cours des trois prochaines années. La marge bénéficiaire devrait reculer légèrement, mais une croissance bénéficiaire escomptée de 21% en moyenne sur la période 2019-2021 reste extraordinaire. Les actions se négocient en Bourse de Hong Kong (ticker: 700HK), ainsi qu'à New York, sur le marché OTC. Elles seront en principe disponibles sur Euronext Amsterdam par le truchement de Naspers dès le mois de septembre également. Ce groupe technologique sud-africain coté à Johannesburg veut faire son entrée en Bourse d'Amsterdam. Naspers détient 31,1% des titres de Tencent, ce qui en fait, de loin, son principal actionnaire. Tencent Holdings domine le marché, y compris à l'échelon international, depuis tout un temps déjà, et ce n'est sans doute pas fini. A 31 fois le bénéfice et un rapport valeur de l'entreprise (EV)/cash-flows d'exploitation (Ebitda) de plus de 22 escomptés pour l'exercice, le titre paraît onéreux, mais la vigoureuse croissance prévue du CA et du bénéfice rend les choses toutes relatives (1,3 fois le rapport gain de cours/croissance). Nous commençons donc à suivre activement l'action, pour laquelle nous émettons un avis positif. Nous suivrons également de près l'IPO de Naspers. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1B Cours: 45,65 dollarsTicker: TCEHY USCode ISIN: US88032Q1094Marché: OTCCapit. boursière: 434,6 milliards USDC/B 2018: 34C/B attendu 2019: 31Perf. cours sur 12 mois: -8%Perf. cours depuis le 01/01: +16%Rendement du dividende: 0,3%