Parfois, il faut attendre longtemps avant qu'un avis positif se transforme en une belle hausse des cours. Mais il est aussi possible que ce soit le cas presque immédiatement. Pour les actionnaires de la Koninklijke Vopak, le ciel s'est à nouveau éclairci durant la deuxième moitié du mois d'août après une chute de près de 45% en un an et demi. Vopak est le plus grand prestataire indépendant de services de stockage en citerne au monde. Le groupe est spécialisé dans le stockage et le transbordement de produits chimiques liquides en vrac, de gaz et de produits pétroliers. L'entreprise basée à Rotterdam exploite 77 terminaux dans 29 pays, avec une capacité ...

Parfois, il faut attendre longtemps avant qu'un avis positif se transforme en une belle hausse des cours. Mais il est aussi possible que ce soit le cas presque immédiatement. Pour les actionnaires de la Koninklijke Vopak, le ciel s'est à nouveau éclairci durant la deuxième moitié du mois d'août après une chute de près de 45% en un an et demi. Vopak est le plus grand prestataire indépendant de services de stockage en citerne au monde. Le groupe est spécialisé dans le stockage et le transbordement de produits chimiques liquides en vrac, de gaz et de produits pétroliers. L'entreprise basée à Rotterdam exploite 77 terminaux dans 29 pays, avec une capacité de stockage totale de 31 millions de mètres cubes. Ces terminaux sont situés dans des endroits stratégiques pour les utilisateurs par rapport aux principales routes maritimes. Logique dès lors que ses principaux clients proviennent de l'industrie chimique et pétrolière. L'an dernier, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires (CA) annuel de 1,3 milliard EUR, stable par rapport à l'année précédente. Mais il a vu ses cash-flows opérationnels (EBITDA) baisser pour la première fois depuis 2005 (de 768 à 753 millions EUR); ils avaient augmenté sans discontinuer entre 2005 (263 millions EUR) et 2012, pour une hausse cumulée de 192%. Le dividende de l'exercice 2013 a cependant été relevé à 0,90 EUR par action (0,38 EUR par action pour l'exercice 2006). Début juillet, la direction a donné un business review qui a confirmé le creux temporaire : l'EBITDA record de 2012 ne serait à nouveau dépassé qu'en 2016. Une année qui sera d'ailleurs "historique" car le groupe fêtera ses 400 ans d'existence. La société Blauwhoed a en effet été créée en 1616. En 1967, elle a fusionné avec Pakhuismeesters pour devenir Pakhoed, qui s'est à son tour associée avec Van Ommeren en 1999 pour donner naissance à la Koninklijke Vopak actuelle. Le 20 août, on a cependant appris que la baisse de l'EBITDA était restée limitée à 8% durant les six premiers mois de l'année. La direction en a profité pour revoir à la hausse ses prévisions d'EBITDA à au moins 700 millions EUR, dans le côté supérieur de la fourchette précédente (678 à 715 millions EUR). Et ce, malgré le fait que 2,4 millions de mètres cubes de capacité de stockage se soient ajoutés entre le 4e trimestre de 2012 et aujourd'hui. Cette augmentation des capacités intensifie la concurrence et réduit le taux d'occupation moyen chez Vopak. D'où une série de mesures. Les investissements (capex) ont été réduits de 800 à 700 millions EUR par an, et des gains d'efficacité doivent abaisser la base des coûts de 30 millions EUR d'ici à 2016 pour compenser la vente de 15 terminaux plus petits et moins rentables qui représentent aujourd'hui 4% de l'EBITDA total. La direction place l'accent sur les cash-flows libres pour préserver le dividende. Nous parions sur un redressement des bénéfices à partir de l'an prochain pour cette filiale de Hal Trust (48,1% des actions). ConclusionNous n'avons commencé le suivi de Vopak que début août, avec un avis immédiatement positif. Notre "juste valeur" de 43 EUR a presque été atteinte en quelques semaines après la hausse de cours de 30%. Nous pouvons dès lors revoir notre avis à la baisse plus vite que prévu.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B