Les vents sont toujours contraires chez Vestas Wind Systems, dont le chiffre d'affaires (CA) et le bénéfice ont déçu au 2e trimestre également. La marge opérationnelle n'a pas dépassé 2,9%, alors que l'entreprise vise 10%. La direction pointe du doigt les goulots d'étranglement et la hausse des prix dans la chaîne d'approvisionnement, ainsi que la crise sanitaire, qui ralentit les ventes sur un certain nombre de marchés. Vestas n'en est pas moins en partie responsable de son manque de rentabilité. Sa gamme de produits est depuis quelques années trop complexe, une situation qui, associée à une pression élevée sur la main-d'oeuvre, a engendré augmentations des coûts et erreurs de production, ces dernières contraignant l'entreprise à constituer des prov...

Les vents sont toujours contraires chez Vestas Wind Systems, dont le chiffre d'affaires (CA) et le bénéfice ont déçu au 2e trimestre également. La marge opérationnelle n'a pas dépassé 2,9%, alors que l'entreprise vise 10%. La direction pointe du doigt les goulots d'étranglement et la hausse des prix dans la chaîne d'approvisionnement, ainsi que la crise sanitaire, qui ralentit les ventes sur un certain nombre de marchés. Vestas n'en est pas moins en partie responsable de son manque de rentabilité. Sa gamme de produits est depuis quelques années trop complexe, une situation qui, associée à une pression élevée sur la main-d'oeuvre, a engendré augmentations des coûts et erreurs de production, ces dernières contraignant l'entreprise à constituer des provisions supplémentaires pour honorer les garanties.Vestas a également dû revoir ses prévisions pour 2021. La marge n'est plus que de 5% à 7%, contre 6% à 8% précédemment. Les nouvelles prévisions demeurent ceci dit assez ambitieuses, puisqu'elles impliquent un beau redressement des bénéfices au 2e semestre, alors que les problèmes sont loin d'être résolus. Il est fort probable que la société ne s'en sorte pas mieux au cours des prochains trimestres.Reste que l'action a beaucoup moins souffert qu'on aurait pu le craindre. Le redressement qui a suivi la nette correction survenue en début d'année montre que le cours évolue principalement au gré de la demande de fonds investissant dans des actions ESG (environnementales, sociétales et de gouvernance). Cela fait plusieurs trimestres en effet que d'abondantes liquidités affluent vers une sélection limitée de valeurs étiquetées vertes telles que Vestas, dont elles propulsent les valorisations à la hausse. En début d'année, le rapport cours/bénéfice (C/B) du S&P Global Clean Energy Index a culminé à près de 80; malgré la forte correction survenue ensuite, l'indice se négocie à plus de 40 fois les bénéfices, ce qui reste élevé. Le cours de l'action Vestas suit donc davantage les flux financiers en direction des fonds ESG que les résultats de l'entreprise elle-même. Reste à savoir combien de temps cette situation va pouvoir durer. Pour défendre son ratio C/B de 50, le groupe ne pourra plus faire bien longtemps l'impasse sur les bénéfices.Le rapport trimestriel comporte néanmoins des éléments encourageants. Les prix des nouvelles éoliennes progressent légèrement, la rentabilité sous-jacente des nouveaux projets s'améliore. Mais il reste du pain sur la planche. Les ventes de turbines ont tout juste atteint le seuil de rentabilité, même si l'on sait que l'intégration de la division Offshore, toujours déficitaire, pèse sur ce poste. Le bénéfice opérationnel du 2e trimestre provient essentiellement de la Maintenance, une division qui, grâce à son carnet de commandes bien garni et à la stabilité de ses marges, continue d'asseoir les résultats sur des bases solides.Les perspectives à plus long terme restent favorables. L'éolien assure 6% de la production mondiale d'électricité. D'ici à 2050, la part des énergies renouvelables devra avoir atteint 56% d'un marché de l'électricité qui se sera développé à raison de 60%, estime Vestas.Les retards dans la chaîne d'approvisionnement et la hausse des coûts obèrent la rentabilité, pour un temps sans doute encore. Le ratio C/B de 50 s'explique par la forte demande des fonds qui investissent dans des valeurs vertes sans trop se préoccuper des valorisations. Il y aura de meilleurs moments pour prendre une position. Nous continuons à conseiller de conserver. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 34,1 eurosTicker: VWSCode ISIN: DK0061539921Marché: XetraCapit. boursière: 35,5 milliards EURC/B 2020: 50C/B attendu 2021: 50Perf. cours sur 12 mois: +30%Perf. cours depuis le 01/01: -13%Rendement du dividende: 0,57%