Avec un bénéfice opérationnel (Ebit) de 298 millions d'euros et une marge sous-jacente de 8,8%, Vestas a légèrement déçu au 4e trimestre. Ces résultats portent encore les stigmates de la dégringolade des prix des éoliennes en 2017, puisque les projets commandés à l'époque n'ont été réceptionnés que fin 2018. La direction souligne ainsi que la contraction de 23% de l'Ebit par rapport au 4e trimestre 2017 s'explique surtout par le recul des marges.
...

Avec un bénéfice opérationnel (Ebit) de 298 millions d'euros et une marge sous-jacente de 8,8%, Vestas a légèrement déçu au 4e trimestre. Ces résultats portent encore les stigmates de la dégringolade des prix des éoliennes en 2017, puisque les projets commandés à l'époque n'ont été réceptionnés que fin 2018. La direction souligne ainsi que la contraction de 23% de l'Ebit par rapport au 4e trimestre 2017 s'explique surtout par le recul des marges.Les prix ont atteint un étiage l'an dernier. Grâce à la demande soutenue, les prix des turbines sont stables depuis cinq trimestres (0,74 million d'euros fin 2017, 0,76 million d'euros fin 2018). Cette consolidation permettra une stabilisation des marges autour de 8 à 10% en 2019. Le principal risque ne réside pas dans les prix, qui sont fermes, mais dans l'exécution des projets. Le mauvais temps retarde les installations; la prolongation nécessaire de la location des grues alourdit considérablement la facture. En cas de bon déroulement, une marge de 10% est donc possible cette année. Si le vent perturbe les travaux, elle restera limitée à 8%. Les prévisions de l'entreprise tiennent déjà compte des droits d'importation qui brideront sa rentabilité sur le marché américain. La stabilisation des prix et des marges permet à Vestas de profiter de la hausse de la demande d'éoliennes. L'entreprise danoise a signé un nouveau record en vendant pour 5,5 gigawatts de turbines (20% de plus que prévu) dans 43 pays au 4e trimestre. Le carnet de commandes atteint désormais 11,9 milliards d'euros, un chiffre inégalé. Cette hausse prouve que les parcs éoliens peuvent produire de l'électricité à un prix de revient concurrentiel même sans subsides, et que Vestas, grâce à son leadership technologique et ses avantages d'échelle, compte toujours parmi les entreprises phares du secteur. Les perspectives restent aussi favorables à plus long terme. Selon l'entreprise, la part de l'énergie renouvelable dans la production d'électricité dépassera celle des carburants fossiles sur la prochaine décennie. Les Etats-Unis y investiront 3.000 milliards de dollars. Des acteurs comme Vestas profitent de la lutte contre le réchauffement climatique engagée au niveau mondial. Les ventes plutôt cycliques d'éoliennes sont de plus en plus soutenues par les revenus plus stables et très lucratifs de la maintenance des turbines, où Vestas enregistre une marge de 25%. Cette activité a dégagé l'an dernier un chiffre d'affaires (CA) de 1,7 milliard d'euros et un Ebit de 421 millions d'euros, soit plus de 40% de l'Ebit du groupe. La division Maintenance enregistre une croissance de 10% par an et contribue de plus en plus aux résultats. Les investisseurs prendront également acte du bilan robuste de Vestas. L'entreprise dispose d'une position nette de trésorerie de plus de 3 milliards d'euros et a généré 400 millions d'euros de cash-flow disponible en 2018. Parallèlement au dividende correspondant à 30% du bénéfice net, cela laisse de la marge pour un nouveau programme de rachat d'actions propres. La baisse des prix de 2017 a pesé un peu plus que prévu sur les résultats du dernier trimestre 2018, mais la récente stabilisation des prix, associée à la hausse constante du CA, ouvre à nouveau des perspectives favorables. Le marché en a pris acte. Après le redressement de ces derniers mois, la valorisation atteint 18 fois le bénéfice et 7,5 fois le cash-flow opérationnel, ce qui limite le potentiel haussier. Nous réduisons dès lors la note à "conserver". Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 69 eurosTicker: VWSCode ISIN: DU300609Marché: XetraCapit. boursière: 14,6 milliards EURC/B 2018: 19C/B attendu 2019: 18Perf. cours sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +3%Rendement du dividende: 1,4%