La pression concurrentielle semble avoir diminué sur le marché de l'énergie éolienne. L'an dernier, les prix des turbines éoliennes, et donc les marges de leurs producteurs, avaient baissé, mais le 3e trimestre a confirmé la stabilisation des prix. Le prix des nouvelles commandes pour Vestas a augmenté de 0,71 à 0,78 million d'euros par MWh, ce que le producteur danois explique non seulement par la stabilisation tarifaire, mais aussi par la hausse de l'envergure moyenne des nouveaux projets et turbines - ce dont Vestas, en tant que leader mondial de la production et de la maintenance des turbines onshore, profite largement.
...

La pression concurrentielle semble avoir diminué sur le marché de l'énergie éolienne. L'an dernier, les prix des turbines éoliennes, et donc les marges de leurs producteurs, avaient baissé, mais le 3e trimestre a confirmé la stabilisation des prix. Le prix des nouvelles commandes pour Vestas a augmenté de 0,71 à 0,78 million d'euros par MWh, ce que le producteur danois explique non seulement par la stabilisation tarifaire, mais aussi par la hausse de l'envergure moyenne des nouveaux projets et turbines - ce dont Vestas, en tant que leader mondial de la production et de la maintenance des turbines onshore, profite largement. Vestas a vu ses commandes augmenter d'un quart au 3e trimestre et affiche un carnet de commandes de 10,3 milliards d'euros pour les turbines éoliennes - un record. Les perspectives à long terme sont aussi réjouissantes. Le secteur éolien, autrefois fortement subsidié et encore jeune, est devenu plus mature et peut croître sans subsides. Cette transition s'effectue dans un contexte de concurrence grandissante, qui devrait déclencher un mouvement de consolidation. Vestas pronostique une croissance constante et des marges stables, avec une marge bénéficiaire d'au moins 10% tout au long du cycle et un cash-flow disponible qui devrait demeurer positif.Les résultats du 3e trimestre portent encore les stigmates des baisses de prix. Le bénéfice opérationnel a reculé à 276 millions d'euros (355 millions d'euros au 3e trimestre de 2017). La marge s'est tassée de 12,9 à 9,7%. Les prévisions pour l'exercice (marge de 10%, CA de 10 milliards d'euros) ont été confirmées. La production de cash-flow disponible a cependant été revue à la baisse (de 400 à 100 millions d'euros), reflétant la sensible hausse des nouvelles commandes et donc des stocks. Sur le plus long terme, trois fronts devraient assurer une croissance constante. La production de turbines éoliennes onshore, coeur de métier de Vestas, contribuera à la croissance du bénéfice grâce à la stabilisation des prix et à la hausse régulière des commandes (+3 à 5% attendus chaque année sous l'effet combiné d'une amplification de la demande mondiale et d'un accroissement des parts de marché de Vestas).Les ventes de turbines, plus cycliques, sont de plus en plus étayées par la plus grande stabilité des revenus provenant de la maintenance des turbines propres ou tierces, une activité très lucrative. Au 3e trimestre, Vestas a dégagé un bénéfice opérationnel de 100 millions d'euros, sur 409 millions d'euros de CA, soit une marge de 24,4%. Fin septembre, la valeur contractuelle du portefeuille de maintenance s'inscrivait en hausse, à 13,2 milliards d'euros, pour une durée moyenne de contrat de sept ans. La demande augmente de près de 10% par an. A l'horizon 2020, la maintenance devrait produire un CA supérieur de 50% à celui de 2016. La division représente d'ores et déjà 40% du bénéfice opérationnel. Le troisième pilier du modèle d'affaires de Vestas est la vente de turbines éoliennes offshore. Sa joint-venture avec Mitsubishi Heavy Industries a contribué au bénéfice à hauteur de 23 millions d'euros au trimestre écoulé. La confirmation de la stabilisation des prix a fait rebondir le titre mais sa valorisation, à un rapport cours/bénéfice de 17 et une valeur d'entreprise de 6,5 fois le cash-flow opérationnel, demeure très correcte pour une entreprise présentant des perspectives favorables à long terme. Les contrats de maintenance, lucratifs, offrent une base large et stable aux résultats. Nous maintenons le conseil d'achat. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 60,9 eurosTicker : VWSCode ISIN : DK0010268606Marché : XetraCapit. boursière : 12,8 milliards EURC/B 2017 : 14C/B attendu 2018 : 17Perf. cours sur 12 mois : +13%Perf. cours depuis le 01/01 : +5%Rendement du dividende : 1,8%