Ces dernières semaines ont été fastes pour bpost, qui comptait sur le trafic intense de colis pour réaliser ses prévisions pour 2021. "Nous sommes prêts à absorber le pic de fin d'année", avait déclaré son CEO, Dirk Tirez, début novembre. Alors qu'en 2020, les frais supplémentaires engagés pour assurer la livraison des colis dans les délais avaient grignoté une grande partie du surcroît du chiffre d'affaires du 4e trimestre, cette année, les ventes additionnelles devraient générer un bénéfice proportionnellement plus important.
...

Ces dernières semaines ont été fastes pour bpost, qui comptait sur le trafic intense de colis pour réaliser ses prévisions pour 2021. "Nous sommes prêts à absorber le pic de fin d'année", avait déclaré son CEO, Dirk Tirez, début novembre. Alors qu'en 2020, les frais supplémentaires engagés pour assurer la livraison des colis dans les délais avaient grignoté une grande partie du surcroît du chiffre d'affaires du 4e trimestre, cette année, les ventes additionnelles devraient générer un bénéfice proportionnellement plus important.Pour l'exercice 2021, la direction anticipe un bénéfice opérationnel ajusté d'au moins 340 millions d'euros. Sur la base de ces chiffres, la valorisation de bpost est très attrayante. Les investisseurs ne paient que sept fois le bénéfice de 2021; la direction ne parvient donc toujours pas à convaincre le marché que ses résultats seront stables, voire en hausse ces prochaines années.Le bénéfice de l'opérateur postal repose encore largement sur la distribution de courrier, dont les volumes sont sous pression constante. Les activités logistiques devraient maintenir les bénéfices du groupe à un niveau élevé, mais l'entreprise doit encore prouver qu'elle peut transposer la croissance des volumes en croissance durable des bénéfices. Trop souvent, la hausse des coûts gomme immédiatement le surcroît de chiffre d'affaires. Cette année, la direction place les économies en tête de ses priorités. La distribution de courrier et de colis va ainsi être davantage intégrée. Le CEO a expliqué que bpost profitait actuellement de la distribution de courrier pour livrer les colis, mais entend devenir un transporteur de colis qui distribue également des lettres. Les frais généraux, qui absorbent encore 24% du chiffre d'affaires (15 à 17% chez les concurrents) vont encore être réduits.Si le chiffre d'affaires de bpost est resté stable au 3e trimestre, le bénéfice opérationnel est pour sa part tombé de 69,5 à 39,1 millions d'euros, un montant cela dit globalement en ligne avec les attentes, car le trimestre est traditionnellement le moins rentable de l'année. Le chiffre d'affaires de la division Colis a diminué de 9,5%, notamment du fait de l'introduction de la TVA sur les expéditions extracommunautaires. Le trafic de colis a augmenté de 8,9%, mais le prix moyen a reculé de 5,8%, entraînant une contraction de 59,6% du bénéfice opérationnel de la division. Le développement de la capacité logistique a évidemment un coût, lequel devrait toutefois être entièrement amorti au 4e trimestre. Le chiffre d'affaires issu des activités logistiques aux Etats-Unis s'est accru de 15%, mais le bénéfice sous-jacent a stagné, au 3e trimestre.Dans la distribution de courrier, le chiffre d'affaires est resté stable, au 3e trimestre: la hausse des tarifs a compensé la baisse de 7,5% des volumes. Le bénéfice opérationnel a toutefois chuté de 43%, sous l'effet de la hausse des coûts salariaux, des transports et de l'énergie, ainsi que des dépenses supplémentaires effectuées pour préparer le pic de fin d'année. Le 4e trimestre sera déterminant pour une potentielle revalorisation de l'action.Les investisseurs doutant toujours de la capacité de bpost à stabiliser ses bénéfices dans les années à venir, la valorisation de l'entreprise belge demeure très faible. La distribution de courrier reste sous pression, tandis que l'opérateur peine à convertir la croissance du trafic de colis en bénéfice. Le 4e trimestre devrait être plus rose. Cependant, l'incertitude reste élevée. Nous maintenons par conséquent notre recommandation.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 7,3 eurosTicker: BPOSTCode ISIN: BE0974268972Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,47 milliard EURC/B 2020: 9C/B attendu 2021: 7Perf. cours sur 12 mois: -15%Perf. cours depuis le 01/01: -16%Rendement du dividende: 7%