Le titre Vasco est traditionnellement très volatil à l'approche des rapports trimestriels. L'action du spécialiste belgo-américain de la sécurisation en ligne a cette fois rebondi d'un tiers après l'annonce de résultats supérieurs aux prévisions au cours de la période comprise entre janvier et mars. La succession d'annonces relatives à l'insécurité et à la vulnérabilité des transactions (bancaires) en ligne et de dangereuses fuites de sécurité joue évidemment en faveur de Vasco, ce qui explique en partie la réaction de cours euphorique. En ce qui concerne son chiffre d'affaires (CA), Vasco a connu une nouvelle fois un trimestre record, caractérisé par une hausse de 9,7% sur base annuelle, à 38,8 millions USD, soit environ 2,5 millions US...

Le titre Vasco est traditionnellement très volatil à l'approche des rapports trimestriels. L'action du spécialiste belgo-américain de la sécurisation en ligne a cette fois rebondi d'un tiers après l'annonce de résultats supérieurs aux prévisions au cours de la période comprise entre janvier et mars. La succession d'annonces relatives à l'insécurité et à la vulnérabilité des transactions (bancaires) en ligne et de dangereuses fuites de sécurité joue évidemment en faveur de Vasco, ce qui explique en partie la réaction de cours euphorique. En ce qui concerne son chiffre d'affaires (CA), Vasco a connu une nouvelle fois un trimestre record, caractérisé par une hausse de 9,7% sur base annuelle, à 38,8 millions USD, soit environ 2,5 millions USD de plus que le consensus. Les ventes au secteur bancaire, qui s'adjugent 81% du CA du groupe, ont progressé de 6%. Le principal progrès a cependant été enregistré par la division Enterprise and Application, qui a progressé de 27% et a permis une hausse de 2% du CA du groupe (de 17 à 19%). La sécurisation au niveau des applications et pour les entreprises est plus lucrative pour Vasco parce qu'elle implique l'utilisation de moins de matériel. Une grande part du CA du secteur bancaire provient des lecteurs de cartes, qui dégagent de faibles marges. Grâce à un modèle de revenus récurrents, le marché des applications recèle un plus grand potentiel de bénéfice. Avec la croissance de la division Applications, la tendance amorcée au 4e trimestre se poursuit. La tendance au cloud computing a également des retombées au niveau de la sécurisation. Avec le portail mydigipass.com, Vasco a déjà anticipé cette tendance. L'offre a été renforcée par l'acquisition du groupe britannique Cronto en mai de l'an dernier. Cette société est spécialisée dans la sécurisation visuelle de transactions et sa technologie a déjà été intégrée dans la gamme de produits existants. La part accrue de la division Entreprise & Application a également eu un impact favorable sur la marge brute, qui s'est hissée à 66%, contre 65% un an plus tôt. Au niveau de la répartition géographique, on notera la faible contribution des Etats-Unis (6%), loin derrière l'Asie (17%) et l'Europe (69%). Le potentiel de croissance est donc énorme. Au 1er trimestre, Vasco a dégagé un bénéfice net de 3,5 millions USD ou 9 centimes de dollar par action, soit 46% de plus qu'un an plus tôt. De même, le bénéfice opérationnel (+43%) a connu une progression plus rapide que le CA, permettant à la marge opérationnelle au niveau du groupe de se hisser de 8% à 10%. Vasco a clôturé le 1er trimestre avec des liquidités totalisant 109,5 millions USD, soit 11% de plus que trois mois plus tôt. En outre, le groupe n'a pas de dettes. Vasco a clairement laissé entendre lors d'une conférence téléphonique qu'il envisageait de nouvelles acquisitions. Le groupe n'a pas l'intention d'acheter du CA ou un fichier clientèle, mais veut faire main basse sur des produits ou technologies spécifiques. Les prévisions de CA pour l'ensemble de l'exercice ont été relevées de 160-165 millions à 168-172 millions USD. La projection de marge opérationnelle est restée cependant inchangée à 11-13%, ce qui peut suggérer que le CA supplémentaire proviendra essentiellement du secteur bancaire.ConclusionVasco a bien commencé l'année 2014 mais devra encore confirmer la marche positive des choses au cours des prochains trimestres. La révision à la hausse du CA pour l'ensemble de l'année n'est pas spectaculaire. Depuis le rebond de cours, l'action s'échange à près de 25 fois le bénéfice attendu pour cette année. C'est pourquoi nous appelons à la prudence et conseillons de ne pas courir derrière le cours.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B