La traversée du désert n'est pas terminée pour les actionnaires du producteur de lingerie Van de Velde. La direction n'en fait pas mystère: 2019 sera une autre année de transition. Le groupe belge a pris beaucoup trop tard le train du numérique et n'a pas su s'adapter à l'évolution du comportement d'achat de la clientèle. Rattraper le temps perdu coûte extrêmement cher, alors que les ventes stagnent. Au premier semestre de l'exercice, les cash-flows opérationnels ont cédé 21,5% et le bénéfice net a dégringolé de 25%. L'entreprise pronostique une légère baisse du chiffre d'affaires et une véritable chute du bénéfice sur l'ensemble de 2018. La transformation coûtera cher en 2019 également, or les ventes ne sont pas près de s'accélérer.
...