Après avoir atteint un nouveau sommet l'an dernier, l'action de Telenet a récemment abandonné un peu de terrain quand plusieurs maisons de Bourse ont revu leur note à la baisse. L'entreprise de télécommunications affichait, il est vrai, une valorisation assez corsée à plus de 9 fois le cash-flow opérationnel attendu (EBITDA) et 29 fois le bénéfice escompté cette année. De plus, il ne faut plus espérer de reprise rapide du dividende. Telenet affectera ses cash-flows libres, estimés entre 350 et 365 millions d'euros pour cette année, à d...

Après avoir atteint un nouveau sommet l'an dernier, l'action de Telenet a récemment abandonné un peu de terrain quand plusieurs maisons de Bourse ont revu leur note à la baisse. L'entreprise de télécommunications affichait, il est vrai, une valorisation assez corsée à plus de 9 fois le cash-flow opérationnel attendu (EBITDA) et 29 fois le bénéfice escompté cette année. De plus, il ne faut plus espérer de reprise rapide du dividende. Telenet affectera ses cash-flows libres, estimés entre 350 et 365 millions d'euros pour cette année, à des investissements dans le réseau et au financement d'éventuelles acquisitions. Le réseau mobile de Base, rachetée l'an dernier, doit à présent être adapté alors que Telenet investit également dans son réseau fixe. L'acquisition de SFR BeLux a récemment été approuvée par les autorités de la concurrence. Mais Telenet ne cache pas non plus son intérêt pour Voo afin d'étendre ses activités en Wallonie. Les résultats du deuxième trimestre seront publiés le 2 août et on sera particulièrement attentif à l'évolution du nombre d'abonnés du groupe. Au premier trimestre, Telenet avait déçu avec une baisse du nombre d'abonnés au câble, conséquence de la nouvelle offre câblée d'Orange Belgium (ancienne Mobistar) et de la croissance des services de streaming comme ceux de Netflix. Les revenus de la branche mobile sont également sous pression sur fond de concurrence intense et de durcissement de la réglementation. De plus, Telenet ne peut guère relever ses tarifs puisque les forfaits appliqués dans notre pays comptent déjà parmi les plus chers d'Europe. Sa dette élevée (4 fois l'EBITDA) reste son talon d'Achille. Il en résulte aussi que le résultat net est déterminé par la valeur boursière des dérivés détenus comme instruments de couverture. La baisse des taux de ces derniers mois a ainsi pesé sur la valeur des dérivés. Telenet peut cependant profiter du recul du dollar sur la partie de la dette qui est libellée en monnaie américaine. Le billet vert a déjà perdu 7,5% face à l'euro cette année. Vu la valorisation élevée, la croissance limitée et l'absence de dividende, nous préconisons de vendre l'action Telenet (3B). En raison de la structure actionnariale - le groupe américain Liberty Global détient 58% des actions -, une offre de rachat reste toujours possible. La dernière tentative de Liberty, en 2013, s'était soldée par un échec et l'actionnaire principal américain préfère cacher son jeu depuis lors. Devise : euroMarché : Euronext BruxellesCapitalisation boursière : 6,51 milliards EURC/b 2016 : 55C/b attendu 2017 : 29Performance du cours sur 12 mois : +36 %Performance du cours depuis le début de l'année : +5 %Rendement du dividende : -