La société d'investissement flamande sort de la crise sanitaire la tête haute. Au cours de l'exercice 2020/21, clos le 31 mars, son portefeuille a produit un rendement de 27%, pour un objectif fixé à 15%. Ce rendement se traduit par un bénéfice de 7,9 euros par action, dont 2,5 euros seront versés à l'actionnaire sous la forme d'un dividende au choix du porteur. Ces résultats doivent évidemment être lus à la lumière des chiffres, déficitaires, de l'exercice précédent. Les cours des actions s'étant effondrés, Gimv avait dû déprécier considérablement son portefeuille fin mars 2020, ce qui avait entraîné une perte de 5,96 euros par action. Dans le sillage de la remontée des cours, il a, cette fois, pu largement réévaluer ses participations.
...

La société d'investissement flamande sort de la crise sanitaire la tête haute. Au cours de l'exercice 2020/21, clos le 31 mars, son portefeuille a produit un rendement de 27%, pour un objectif fixé à 15%. Ce rendement se traduit par un bénéfice de 7,9 euros par action, dont 2,5 euros seront versés à l'actionnaire sous la forme d'un dividende au choix du porteur. Ces résultats doivent évidemment être lus à la lumière des chiffres, déficitaires, de l'exercice précédent. Les cours des actions s'étant effondrés, Gimv avait dû déprécier considérablement son portefeuille fin mars 2020, ce qui avait entraîné une perte de 5,96 euros par action. Dans le sillage de la remontée des cours, il a, cette fois, pu largement réévaluer ses participations.Cette revalorisation est à l'origine de plus de la moitié des bénéfices engrangés durant l'exercice. Gimv doit l'augmentation de la valeur de son portefeuille non seulement à la reprise des marchés financiers, mais aussi aux résultats très corrects des sociétés détenues, dans un contexte pourtant extrêmement difficile. Le chiffre d'affaires total de ces entreprises a augmenté de 2% et leur bénéfice, de 4%, alors même que l'économie européenne chutait de plus de 6%. Quatre-vingt pour cent des entreprises détenues ont fait mieux que l'économie. Ces résultats, combinés à la revalorisation du portefeuille, ont contribué à hauteur de 150 millions d'euros au bénéfice. Le portefeuille n'en reste pas moins très raisonnablement valorisé - les participations sont évaluées à 7,8 fois en moyenne le cash-flow opérationnel (6,8 fois fin mars 2020). Avec un âge moyen inférieur à quatre ans, il est également très jeune et donc, très prometteur.Un peu moins de la moitié des gains proviennent des cessions. Gimv a réalisé un bénéfice de 124 millions d'euros sur la vente de ses participations dans, entre autres, Contraload et OTN Systems. Ces sociétés sont parties à plus de trois fois leur prix d'acquisition, ce qui prouve que le groupe détient des valeurs cachées. Gimv a investi 170 millions d'euros dans sept participations nouvelles et 40 millions dans des opérations de moindre envergure au niveau d'entreprises détenues. Pour Koen Dejonckheere, son CEO, l'époque est propice aux investissements et les perspectives économiques sont au beau fixe pour plusieurs années. Depuis l'émission, en mars, d'une obligation durable de 100 millions d'euros, Gimv dispose de plus de 400 millions d'euros pour s'offrir de nouvelles participations.En proposant aux actionnaires un dividende au choix du porteur, le groupe fait preuve de prudence. Il n'a par ailleurs pas l'intention d'augmenter le dividende. Koen Dejonckheere rappelle que Gimv verse chaque année 5% de ses fonds propres, ce qui est beaucoup pour le secteur; il opte pour un dividende élevé et stable, plutôt que pour un dividende faible, susceptible d'augmenter. Il a même distribué un dividende en 2020. Le CEO précise encore que Gimv a versé 1 milliard d'euros environ aux actionnaires au cours des 15 dernières années; il a entièrement payé le portefeuille historique, tout en constituant un nouveau portefeuille, dont la valeur comptable atteint 49 euros par action. En obtenant 10% de rendement sur ses capitaux propres, même en pleine pandémie, Gimv honore ses engagements envers l'actionnaire et prouve la résilience de son portefeuille. L'action se négocie moyennant une prime de 9% sur sa valeur comptable, ce qui n'est pas excessif. Le rendement en dividende est alléchant. Nous recommandons toujours d'acheter. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 53,5 eurosTicker: GIMB BBCode ISIN: BE0003699130Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,38 milliard EURC/B 2020: 7C/B attendu 2021: 10Perf. cours sur 12 mois: +6%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 4,7%