En échange de 220 millions de dollars, Franco-Nevada (FNV) acquerra les droits miniers sur des zones d'extraction de gaz et de pétrole de schiste en Oklahoma (Etats-Unis). Selon ses estimations, elle percevra des revenus durant 30 ans au moins dans ce cadre, à compter de 2019. En 2029, ceux-ci pourraient atteindre 30-35 millions de dollars par an. A plus de 10%, le rendement net attendu est attrayant. Par ailleurs, FNV est couverte en cas de baisse de la production escomptée. Les partenaires ont en outre prévu d'investir dans ce projet jusqu'à 100 millions par an au cours des trois prochaines années.
...

En échange de 220 millions de dollars, Franco-Nevada (FNV) acquerra les droits miniers sur des zones d'extraction de gaz et de pétrole de schiste en Oklahoma (Etats-Unis). Selon ses estimations, elle percevra des revenus durant 30 ans au moins dans ce cadre, à compter de 2019. En 2029, ceux-ci pourraient atteindre 30-35 millions de dollars par an. A plus de 10%, le rendement net attendu est attrayant. Par ailleurs, FNV est couverte en cas de baisse de la production escomptée. Les partenaires ont en outre prévu d'investir dans ce projet jusqu'à 100 millions par an au cours des trois prochaines années. FNV aura procédé au paiement intégral au quatrième trimestre (elle s'est acquittée de 72,1 millions de dollars en cash fin juin et versera le solde à l'aide de sa facilité de crédit, non encore utilisée, de 1,1 milliard de dollars). Cette transaction s'inscrit dans sa stratégie de diversification. FNV entend en effet porter à 20% de ses revenus la part qu'elle ne tire pas des métaux précieux (14% actuellement). L'an dernier, la direction avait fait part de son intention d'investir jusqu'à un milliard de dollars dans des projets liés au pétrole et au gaz. Sans compter la dernière transaction en date, depuis la fin 2016, elle avait investi 344 millions de dollars dans quatre projets. Grâce à ceux-ci, les revenus de royalties sur le pétrole et le gaz ont bondi de 136,5%, à 22,7 millions de dollars, au deuxième trimestre. Sur les six premiers mois de l'année, la croissance des revenus s'établit à 103,4% (41,7 millions de dollars). La direction a relevé la fourchette de chiffre d'affaires prévisionnelle non seulement pour l'exercice 2018 (CA de 50-60 millions de dollars à 65-75 millions), mais aussi, et c'est grâce à la récente transaction, pour 2022 (de 80-90 millions de dollars à 120-140 millions). Ces perspectives très favorables nous feraient presque oublier que l'activité principale de FNV consiste à tirer des revenus des métaux précieux. Et s'agissant de cette activité, 2018 est pour elle une année de transition. Ce que sa direction avait anticipé, puisqu'elle avait annoncé que la mine de Candelaria, au Chili, produirait moins. Si ce n'est qu'avant d'augmenter à nouveau l'an prochain, les volumes y seront encore plus faibles qu'attendu. C'est surtout à cette mine que FNV doit le recul de sa production de 12,4%, à 107.333 onces d'équivalent or, au deuxième trimestre; au terme des six premiers mois, elle a baissé de 12,2%, à 223.004 onces, en glissement annuel. L'objectif annuel (460.000 à 490.000 onces) a dès lors été revu à la baisse, à 440.000-470.000 onces. La progression du cours de l'or de 3,9%, à 1.306 dollars, au deuxième trimestre a contenu la contraction du CA à -9,3%, à 136,3 millions de dollars, par rapport à la même période, en 2017. Au niveau du groupe, le CA s'est contracté de 1,4%, à 161,3 millions, en glissement annuel. Les cash-flows opérationnels ajustés (Rebitda) ont progressé de 0,6%, à 126,3 millions, et le bénéfice net a gagné 17,5%, à 53,6 millions. Rappelons, du reste, que FNV a déboursé en mars 356 millions de dollars pour porter de 80 à 100% son exposition à la production de métaux précieux dans la mine de Cobre Panama. Son entrée en production est prévue à la fin de cette année.Le cours de FNV s'est replié davantage lorsque l'abaissement des perspectives de production a été annoncé. A nos yeux, la transaction tout juste conclue mériterait plus d'égards, car elle sera très lucrative pendant des décennies. La valeur de l'entreprise est retombée à 20,7 fois les cash-flows opérationnels attendus en 2018. L'action est digne d'achat et constitue selon nous toujours une valeur sûre du portefeuille modèle. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 58,87 dollarsTicker : FNV USCode ISIN : CA3518581051Marché : New YorkCapit. boursière : 11 milliards USDC/B 2017 : 54C/B attendu 2018 : 49Perf. cours sur 12 mois : -28 %Perf. cours depuis le 01/01 : -26 %Rendement du dividende : 1,6 %