Le 26 juin, la société canadienne de streaming et de royalties spécialisée dans l'or Sandstorm Gold Royalties a publié les résultats de l'étude de préfaisabilité du projet d'exploration Hod Maden (or et cuivre). Sandstorm en détient 30% depuis qu'elle a acquis Mariana Resources, pour 75 millions de dollars, l'an dernier. Il ressort de l'étude que la mine aurait une durée de vie de 11 ans et produirait en moyenne 266.000 onces troy d'équivalent or par an, ce qui porte la valeur de Hod Maden à 1,1 milliard de dollars. La construction de la mine coûtera 272 millions; 65% du montant seront financés par la dette, le solde, par apport en capital (28,5 millions de dollars de la part de Sandstorm, soit 30% de 35% de 272 millions). L'étude de faisabilité s...

Le 26 juin, la société canadienne de streaming et de royalties spécialisée dans l'or Sandstorm Gold Royalties a publié les résultats de l'étude de préfaisabilité du projet d'exploration Hod Maden (or et cuivre). Sandstorm en détient 30% depuis qu'elle a acquis Mariana Resources, pour 75 millions de dollars, l'an dernier. Il ressort de l'étude que la mine aurait une durée de vie de 11 ans et produirait en moyenne 266.000 onces troy d'équivalent or par an, ce qui porte la valeur de Hod Maden à 1,1 milliard de dollars. La construction de la mine coûtera 272 millions; 65% du montant seront financés par la dette, le solde, par apport en capital (28,5 millions de dollars de la part de Sandstorm, soit 30% de 35% de 272 millions). L'étude de faisabilité sera conduite au cours du deuxième semestre de l'an prochain. Le marché n'avait pas salué l'annonce de l'acquisition de Mariana Resources. Parce que Sandstorm semblait ainsi se transformer en entreprise minière _ quod non, puisque l'exécution est entièrement entre les mains de l'actionnaire majoritaire de Hod Maden, le conglomérat turc local Lidya Madencilik. Mais aussi parce que Sandstorm augmente le risque-pays de son portefeuille: le projet se trouve dans le nord-est de la Turquie. Cependant, on aurait tort de sous-estimer la puissance et le savoir-faire de Lidya Madencilik. La mise en service du projet, prévue en 2022, devrait doubler la production de Sandstorm, à environ 140.000 onces troy d'équivalents or, en 2023. Les Canadiens pourraient bien parvenir à dominer leur secteur. Fin juin, la société a revu à la hausse la production annuelle prévisionnelle pour cette année, à 54.000 à 60.000 onces troy d'équivalent or. En marge de la présentation du rapport du premier trimestre, elle avait déjà relevé le bas de la fourchette de 50.000 à 53.000 onces. Au deuxième trimestre, Sandstorm a vendu 14.465 onces d'équivalent or, ce qui porte le total du premier semestre à 29.190 onces, soit une progression de 3,1% en un an (+13,5% au deuxième trimestre). Dans la mesure où le cours de l'or a, lui aussi, progressé (+4%), le chiffre d'affaires s'est accru de 17,4%, à 18,9 millions de dollars. Le cash-flow d'exploitation récurrent est passé de 10,1 à 12,3 millions de dollars. Malgré le rachat de 1,4 million d'actions propres (0,75% du flottant), la position nette de trésorerie a augmenté de 3,8 millions fin mars à 13,2 millions de dollars. La société dispose en outre d'une facilité de crédit de 150 millions de dollars pour financer de nouvelles acquisitions. Elle envisage d'ailleurs l'achat de projets à 30-100 millions de dollars et espère conclure au moins un nouveau contrat cette année encore. Cela étant, même à défaut de nouvelle transaction, la production augmentera de 63.000-73.000 onces d'équivalent or à compter de 2019 grâce à la (re)mise en service de mines. Voilà qui augure une année 2019 record, avec à la clé le versement d'un premier dividende? En raison des cours faibles des métaux précieux et de l'exposition de Sandstorm à la Turquie, l'action ne s'est guère montrée performante, ces derniers temps: par rapport aux leaders du secteur, Franco-Nevada et Wheaton Precious Metals, sa décote s'est encore creusée (de 25 à 75%), malgré son beau profil de croissance. Le marché continue d'ignorer totalement le potentiel de Hod Maden. Nous trouvons cette défiance injustifiée et considérons la faiblesse du cours comme une opportunité, sinon l'unique à ce prix, d'acheter le titre dans une perspective de long terme. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 3,83 dollarsTicker : SAND USCode ISIN : CA80013R2063Marché : NYSECapit. boursière : 704 millions USDC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : 63Perf. cours sur 12 mois : -17 %Perf. cours depuis le 01/01 : -23 %Rendement du dividende : -