Entraînée dans la chute du cours du minerai de fer, l'action Rio Tinto a perdu environ 30% depuis son sommet de mai. Son concurrent BHP Group a signé un recul similaire et Vale a même cédé 40%.
...

Entraînée dans la chute du cours du minerai de fer, l'action Rio Tinto a perdu environ 30% depuis son sommet de mai. Son concurrent BHP Group a signé un recul similaire et Vale a même cédé 40%.Le 1er semestre a toutefois été exceptionnellement bon pour Rio Tinto. Le minerai de fer a culminé à 233 dollars par tonne en mai et le groupe a perçu en moyenne 168,4 dollars par tonne de minerai de fer vendue entre janvier et juin. Son chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 71% sur un an, à 33,1 milliards de dollars, pour un bénéfice sous-jacent (produit à 85% par le minerai de fer) de 12,17 milliards de dollars (consensus: 12,01 milliards de dollars), en hausse de 156% sur un an. Jakob Stausholm, le CEO, avait toutefois indiqué en août qu'un cours supérieur à 200 dollars la tonne était exceptionnel et ne durerait pas. Mais chez Rio Tinto, à qui la production d'une tonne de minerai de fer revienne à moins de 20 dollars mais grimpe à 75 dollars avec les taxes et autres frais, les marges restent très élevées même si le cours du minerai de fer baisse de 50%; signalons d'ailleurs que ce dernier se négocie toujours bien au-dessus de son niveau d'avant-crise. L'envolée du bénéfice masque cependant quelques problèmes opérationnels: en raison de la pénurie de main d'oeuvre et de la météo défavorable, la production de minerai de fer a baissé de 5% sur un an. Le gisement d'Oyu Tolgoi, en Mongolie (cuivre et or), connaît également des retards et des dépassements de budget.Les actifs de Rio Tinto ont généré un cash-flow combiné de 12,2 milliards de dollars: 9,1 milliards pour le minerai de fer, 0,9 milliard pour l'aluminium et la bauxite et 0,6 milliard pour le cuivre. Le groupe avait fortement réduit son endettement, à 664 millions de dollars, à fin 2020. Grâce au cash-flow abondant du 1er semestre, le groupe affiche une trésorerie nette de 3,1 milliards de dollars. La solidité de son bilan donne à Rio Tinto plusieurs options. Les investissements sont relativement faibles et le groupe minier n'a actuellement pas de projet d'acquisition majeure; il a donc privilégié ses actionnaires, en augmentant nettement les dividendes. Le 23 septembre, il a versé 9,1 milliards de dollars, soit, par action, 5,61 dollars (un dividende ordinaire de 3,76 dollars et un dividende extraordinaire de 1,85 dollar). Ce qui a fait remonter sa dette à 6 milliards de dollars, mais il la réduira grâce aux cash-flows du 3e trimestre.Malgré la correction, le ratio cours/bénéfice (C/B) attendu est resté stable, car les analystes ont considérablement abaissé leurs estimations de bénéfices après la chute du cours du minerai de fer. Les sociétés minières affichent toujours des ratios C/B très bas lors d'un sommet cyclique, marqué par un pic de bénéfices, ce qui fausse les valorisations. Historiquement, le rapport entre la valeur de l'entreprise (EV) et le CA attendu se révèle donc un meilleur indicateur. Un chiffre inférieur à 2 correspond à une opportunité d'achat à long terme; Rio Tinto affiche un ratio de 1,7.La correction du cours du minerai de fer offre aux investisseurs une nouvelle occasion d'acquérir Rio Tinto. Le groupe occupe une position unique sur son marché et demeurera très rentable même si le minerai de fer venait à perdre 50% de sa valeur. En outre, le potentiel de croissance est réel dans d'autres matières premières (cuivre, lithium). Le groupe versera peut-être moins de dividendes pour 2021 que pour 2020 (notamment un dividende exceptionnel), mais le rendement du dividende restera élevé. Nous intégrons l'action dans le portefeuille modèle. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 47,845 livresTicker: RIO LNCode ISIN: GB0007188757Marché: London Stock ExchangeCapit. boursière: 107,5 milliards GBPC/B 2020: 8C/B attendu 2021: 6Perf. cours sur 12 mois: +9%Perf. cours depuis le 01/01: -14%Rendement du dividende: 10,3%