Malgré la conjoncture et l'augmentation des prix des matières premières, Agfa achève le trimestre sur des résultats surprenants, en particulier au niveau de son chiffre d'affaires (CA), en hausse de 3%. La marge sur le bénéfice opérationnel s'est améliorée elle aussi, au profit d'une augmentation de 17% en glissement annuel du bénéfice opérationnel récurrent. L'entreprise maîtrise mieux son processus de transformation, certes inévitable, mais interminable. Les résultats demandent cependant à être confirmés, car cela fait des années qu'Agfa cherche à stabiliser son CA et sa rentabilité, pour pouvoir rétribuer ses actionnaires; les investisseurs restent donc sceptiques, comme en témoigne la quasi-absence de réaction du cours à la publication des chiff...

Malgré la conjoncture et l'augmentation des prix des matières premières, Agfa achève le trimestre sur des résultats surprenants, en particulier au niveau de son chiffre d'affaires (CA), en hausse de 3%. La marge sur le bénéfice opérationnel s'est améliorée elle aussi, au profit d'une augmentation de 17% en glissement annuel du bénéfice opérationnel récurrent. L'entreprise maîtrise mieux son processus de transformation, certes inévitable, mais interminable. Les résultats demandent cependant à être confirmés, car cela fait des années qu'Agfa cherche à stabiliser son CA et sa rentabilité, pour pouvoir rétribuer ses actionnaires; les investisseurs restent donc sceptiques, comme en témoigne la quasi-absence de réaction du cours à la publication des chiffres. L'entreprise a remporté une bataille, mais pas la guerre.L'activité Plaques d'impression demeure sa principale préoccupation. Elle souffre d'une baisse structurelle de la demande, particulièrement pour les produits analogiques, alors qu'elle représente encore 50% environ du CA consolidé. "Les gagnantes seront les entreprises dont l'assiette de coûts sera la plus faible. L'activité se déplace vers les pays à bas salaires", a affirmé Christian Reinaudo, le CEO du groupe. Qui s'est donc allié à Lucky HuaGuang Graphics, le plus grand fabricant chinois de plaques d'impression, une collaboration qui devrait permettre d'améliorer à la fois le CA et la rentabilité de la division. L'alliance pourrait même être renforcée, aux dires de la direction. Agfa est parvenu à limiter le recul du CA à 2,6% au 2e trimestre, mais l'augmentation du prix de l'aluminium, notamment, a amputé de moitié son bénéfice opérationnel récurrent.Partout ailleurs, l'heure est à la croissance. Les résultats de la division Soins de santé, spécialisée dans les logiciels pour hôpitaux, dont le CA a progressé de plus de 10%, font l'objet d'une attention toute particulière. La vente de ce joyau, qui devrait rapporter entre 400 et 500 millions d'euros, sera entamée à l'automne. Compte tenu de l'amélioration de sa rentabilité, l'activité achève le semestre sur un cash-flow opérationnel de 30 millions d'euros. La division Imagerie médicale, qui n'est pas à vendre, affiche une légère augmentation de son CA et de son bénéfice, grâce à une accélération des ventes des systèmes de radiographie directe et à la réorganisation de la distribution au sein de l'activité impression d'images médicales. Enfin, les ventes d'imprimantes grand format ont augmenté elles aussi. Cette division abandonne l'activité, non rentable, de revente de supports jet d'encre aux Etats-Unis; la baisse du CA atteindra 30 millions d'euros sur une base annuelle, mais la rentabilité devrait s'en trouver améliorée.Une fois de plus, le bénéfice opérationnel récurrent peine à soutenir le bénéfice net. Les charges de restructuration ont coûté 11 millions d'euros de bénéfice au 2e trimestre, si bien que le bénéfice net ne s'élève qu'à 15 millions (0,09 euro par action). Notons encore la hausse, à 194 millions d'euros, soit environ une fois le cash-flow opérationnel, de la dette financière nette; c'est relativement peu, mais Agfa traîne pour 1 milliard d'euros environ d'engagements de pension.Les excellents résultats trimestriels demandent à être confirmés, mais la direction semble mieux maîtriser le processus de transformation. Reste à savoir combien rapportera la vente de la division Soins de santé. A un rapport C/B de 12, la valorisation est raisonnable. Nous recommandons toujours de conserver. Conseil: conserverRisque: élevéRating: 2CCours: 3,5 eurosTicker: AGE:BBCode ISIN: BE0003755692Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 609 millions EURC/B 2018: 10C/B attendu 2019: 12Perf. cours sur 12 mois: -6%Perf. cours depuis le 01/01: +7%Rendement du dividende: -