Ces dernières années, aidés par le redressement des cours des métaux et après s'être débarrassés d'actifs moins rentables, les acteurs du secteur minier ont pu ne plus affecter à la réduction de l'endettement ou à des investissements supplémentaires, les cash-flows excédentaires. Ils les distribuent aux actionnaires. Au premier semestre de 2018, Rio Tinto, le numéro un du secteur, a distribué 2,2 milliards de dollars sous la forme de dividendes, ou 15% de plus qu'un an plus tôt. Le groupe a, par ailleurs, décidé de consacrer au rachat de ses actions un milliard de plus, soit 2,4 milliards de dollars. Un montant qui pourra quasiment doubler, comme il l'a suggéré à l'occasion de la publication des résultats semestriels, le mois dernier. Et ce sera sous peu...