Quatre ans environ après son changement de cap stratégique - développer désormais des candidats médicaments contre les maladies oculaires liées au diabète -, l'entreprise biotechnologique louvaniste Oxurion est à la veille d'une période palpitante. Avec le THR-149 (inhibiteur de kallikréïne plasmatique, ou Pkal) et le THR-687 (inhibiteur d'intégrine), elle dispose de deux molécules qui ne devraient pas tarder à faire l'objet d'études de phase II et susceptibles de créer un point d'inflexion positif pour la valeur de l'entreprise au cours des deux années à venir. Comme toutes les entreprises disposant de produits en développement clinique, Oxurion subit l'impact de la pandémie de Covid-19. L'étude de phase II sur le THR-149 est censée démarrer au deuxième trimestre et ...

Quatre ans environ après son changement de cap stratégique - développer désormais des candidats médicaments contre les maladies oculaires liées au diabète -, l'entreprise biotechnologique louvaniste Oxurion est à la veille d'une période palpitante. Avec le THR-149 (inhibiteur de kallikréïne plasmatique, ou Pkal) et le THR-687 (inhibiteur d'intégrine), elle dispose de deux molécules qui ne devraient pas tarder à faire l'objet d'études de phase II et susceptibles de créer un point d'inflexion positif pour la valeur de l'entreprise au cours des deux années à venir. Comme toutes les entreprises disposant de produits en développement clinique, Oxurion subit l'impact de la pandémie de Covid-19. L'étude de phase II sur le THR-149 est censée démarrer au deuxième trimestre et la première analyse intermédiaire, suivre 12 mois après le lancement, mais il reste à voir quand celui-ci sera autorisé. Oxurion entend soigner avec cette molécule 30 à 50% des patients souffrant d'un oedème maculaire diabétique (OMD) et qui ne réagissent pas de manière optimale au traitement standard actuel - l'inhibiteur du facteur de croissance de l'endothélium vasculaire, appelé aussi anti-VEGF (que commercialisent Lucentis et Eylea). En 2019, le marché du DME pesait 3,4-3,8 milliards de dollars! Quant au THR-687, il s'était révélé efficace contre l'OMD durant l'étude de phase Ib achevée en janvier, et l'entreprise prépare la phase II, dont le lancement est prévu au premier semestre de 2021. Oxurion aspire à traiter avec le THR-687 également les patients qui n'ont pas encore reçu de traitement anti-VEGF, soit un public bien plus large encore que celui qu'elle vise avec l'autre molécule.Oxurion espère pouvoir annoncer au deuxième semestre de bonnes nouvelles concernant le développement préclinique de nouvelles molécules contre la forme sèche de la dégénérescence maculaire liée à l'âge. A terme, ce pourrait devenir un nouveau pôle de croissance. Egalement créatrice de valeur, la participation de 85% que détient Oxurion dans Oncurious. Cette dernière étudie (phases I/IIa) actuellement l'action de la molécule anti-PLGF TB-403 sur le médulloblastome (tumeur cérébrale la plus courante chez les enfants). Elle a en outre quatre projets en phase exploratoire dans l'immunologie des tumeurs. Oncurious espère produire au moins deux preuves de concept précliniques dans son pipeline de nouvelle génération, au cours des 12 prochains mois. Si elle y parvient, elle recherchera alors des investisseurs ou partenaires afin d'être en mesure d'en poursuivre le développement en toute autonomie. Oxurion disposait d'une position de trésorerie de 43,8 millions d'euros au 31 mars - de quoi poursuivre ses études jusqu'à la mi-2021. Autrement dit, elle devra lever des fonds dans les prochains mois, pour la première fois depuis 2012. C'est grâce aux revenus du Jetrea que l'entreprise a pu tourner jusqu'ici. Elle aimerait pouvoir financer de manière autonome au moins le premier volet des études de phase II prévues avec le THR-149 et le THR-687. Une fois cette étape franchie, le risque inhérent au développement de ces molécules devrait diminuer sensiblement et partant, la valeur de l'entreprise s'accroître considérablement. Ensuite et pour autant que les résultats soient concluants, Oxurion partirait en quête d'un partenaire. Si la valorisation d'Oxurion est très basse, c'est parce que le marché ne croit pas beaucoup en ses deux molécules. Nous sommes pour notre part un peu plus optimistes, sachant que si au moins une des études de phase II livre des résultats concluants, un bond significatif de l'action s'ensuivra.Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 2,72 eurosTicker: THR BBCode ISIN: BE0974281132 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 103,4 millions EURC/B 2019: -C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: -27%Perf. cours depuis le 01/01: -7% Rendement du dividende: -