Au quatrième trimestre, Ahold Delhaize a dégagé un chiffre (CA) confortable (+2,5%). Sa marge bénéficiaire est demeurée stable, et ses cash-flows se sont accrus. Mais les investisseurs ont buté sur les chiffres de ventes aux Etats-Unis: le CA s'y est replié de plus de 7%. Un recul certes décevant, mais presque totalement attribuable à l'affaiblissement du dollar. A cours de change constant, la croissance du CA ressort en effet à 1,1%, grâce à une légère hausse des prix et à des parts de marché plutôt stables. Delhaize America se porte légèrement mieux que Ahold USA.
...

Au quatrième trimestre, Ahold Delhaize a dégagé un chiffre (CA) confortable (+2,5%). Sa marge bénéficiaire est demeurée stable, et ses cash-flows se sont accrus. Mais les investisseurs ont buté sur les chiffres de ventes aux Etats-Unis: le CA s'y est replié de plus de 7%. Un recul certes décevant, mais presque totalement attribuable à l'affaiblissement du dollar. A cours de change constant, la croissance du CA ressort en effet à 1,1%, grâce à une légère hausse des prix et à des parts de marché plutôt stables. Delhaize America se porte légèrement mieux que Ahold USA. Actuellement, même si la guerre des prix qu'ils redoutaient après l'acquisition de Whole Foods par Amazon ne s'est pas déclarée, les investisseurs estiment manifestement que le reste du secteur dispose d'une marge de manoeuvre limitée pour une éventuelle contre-offensive. Pour l'heure, Ahold se porte toujours bien aux Pays-Bas, son marché domestique, qui s'adjugent près d'un quart du bénéfice d'exploitation. A périmètre comparable, le CA y a progressé au quatrième trimestre de non moins de 6% par rapport à l'an dernier, les consommateurs n'hésitant pas à dépenser, surtout dans les rayons d'Ahold. En Europe centrale et du Sud-est, la croissance du CA a ralenti en raison d'un repli du CA en Grèce. Mais la Belgique fait moins bien encore, avec un même CA qu'un an plus tôt en dépit de l'inflation de 0,9%. Aux Etats-Unis, le CA s'est maintenu, comme la marge d'exploitation. Ahold Delhaize a déjà indiqué que celle-ci s'est établie à 3,9% en 2017, toutes régions confondues. C'est le niveau anticipé, qui s'inscrit dans la continuité des trois exercices précédents, où la marge a été sinon stable, en légère hausse. Un exploit que peu de ses concurrents ont pu reproduire, et surtout rendu possible grâce au maintien de la marge sur le marché américain. La fusion opérée entre Ahold et Delhaize génère toujours des synergies, qui d'ici 2019 se chiffreront à 750 millions d'euros et que le groupe pourra investir notamment dans une protection accrue contre Amazon. Le deuxième pilier de la stratégie de défense du groupe consiste dans le renforcement du commerce électronique. Au quatrième trimestre, les ventes en ligne ont progressé de 19%, et sur l'ensemble de 2017, de 17,5%. Ahold Delhaize semble donc bien être à bord du train. Le groupe devra encore améliorer la rentabilité de bol.com, mais dispose en tout cas déjà d'un important acteur dans le Benelux s'agissant de la vente de produits généraux. Le modèle n'est pas exportable aux Etats-Unis. Sur ce marché, Ahold Delhaize mise de plus en plus sur son réseau de points d'enlèvement.Mieux encore: le cash-flow disponible au terme de 2017 est sensiblement plus élevé qu'escompté (prévision de 1,6 milliard d'euros). L'actionnaire profite cette année de l'abondante production de cash-flows puisque le groupe a lancé un programme de rachat d'actions propres à concurrence de deux milliards d'euros. Le bénéfice par action s'en voit accru de près de 10%.Les paramètres sur lesquels Ahold Delhaize a le contrôle, comme le CA et la marge, soutiennent le cours. En revanche, ceux sur lesquels il n'a pas d'emprise - Amazon fait peur aux investisseurs - affectent l'évolution de son titre. La valorisation demeure intéressante, la valeur d'entreprise correspondant à un peu moins de sept fois le cash-flow d'exploitation. Nous réitérons dès lors notre conseil d'achat. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 18,2 eurosTicker : ADCode ISIN : NL0011794037Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 23,3 milliards EURC/B 2016 : 19C/B attendu 2017 : 12Perf. cours sur 12 mois : -7 %Perf. cours depuis le 01/01 : -1 %Rendement du dividende : 3,2 %