La solidité des chiffres du deuxième trimestre et le relèvement des prévisions bénéficiaires reposant sur des bases atypiques et fragiles, ils n'ont pas suffi à relancer le cours de l'action. La nette augmentation du bénéfice opérationnel résulte presque intégralement d'une meilleure contribution de la distribution de courrier, une activité traditionnellement en déclin. La rentabilité de la division logistique, qui assure normalement la croissance des bénéfices, a stagné. Le deuxième trimestre n'est donc guère représentatif des résultats futurs.
...

La solidité des chiffres du deuxième trimestre et le relèvement des prévisions bénéficiaires reposant sur des bases atypiques et fragiles, ils n'ont pas suffi à relancer le cours de l'action. La nette augmentation du bénéfice opérationnel résulte presque intégralement d'une meilleure contribution de la distribution de courrier, une activité traditionnellement en déclin. La rentabilité de la division logistique, qui assure normalement la croissance des bénéfices, a stagné. Le deuxième trimestre n'est donc guère représentatif des résultats futurs. Pour atteindre les 340 millions d'euros au moins de bénéfice opérationnel ajusté prévus pour l'exercice 2021, bpost doit clore le second semestre sur un bénéfice opérationnel ajusté de 118 millions d'euros. La modestie de ces pronostics s'explique par l'activité de distribution de courrier, dont les volumes et donc, les bénéfices, repartent désormais à la baisse. Lorsque les investisseurs ont compris que les résultats du deuxième trimestre n'étaient qu'une résurgence du passé et ne reposaient pas sur une amélioration des projections, ils se sont empressés de sanctionner le cours de l'action.L'on aurait bien sûr tort de bouder un regain, fût-il temporaire, d'activité, quand il arrive. Le chiffre d'affaires de la division Mail & Retail a bondi de 8% entre avril et juin, grâce à une légère accélération des volumes et au relèvement des tarifs. Le courrier publicitaire, en particulier, a progressé, mais il faut rappeler que le deuxième trimestre de l'an passé s'était inscrit sous le signe du confinement. L'envoi des invitations à la vaccination a généré 8 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaires. L'ensemble de ces éléments a permis à la division de réaliser un bénéfice opérationnel de 71,7 millions d'euros, ce qui représente les deux tiers du bénéfice opérationnel total. La direction annonce toutefois une chute de 10% de la distribution de courrier au second semestre.Le pôle logistique a, lui, stagné. Le chiffre d'affaires de la division Parcels & Logistics Europe a même cédé 4%, un résultat qu'il convient d'opposer à l'explosion de l'envoi de colis pendant le confinement du printemps 2020. En faisant, notamment, intervenir les facteurs, les livraisons gagnent en efficacité. L'amélioration des marges a permis au bénéfice opérationnel de croître de 7%. bpost prévoit pour 2021 une augmentation de 5% à 10% de son chiffre d'affaires, assortie d'une normalisation des volumes par rapport à 2020. Elle table sur une marge de 9% à 11%, mais beaucoup de choses dépendront de sa capacité à traiter les volumes de la fin de l'année sans faire grimper les coûts. La préparation à ce surcroît d'activité constitue d'ailleurs une priorité pour le groupe.Aux Etats-Unis également, l'activité logistique a ralenti par rapport à 2020. Le chiffre d'affaires a chuté de 12,5% et le bénéfice opérationnel, d'un tiers. bpost évoque notamment l'inflation salariale pour expliquer la pression sur les marges. Sur l'ensemble de l'exercice, la division logistique devrait pouvoir augmenter son chiffre d'affaires de 5% à 10% grâce à l'afflux de nouveaux clients, et afficher une marge de 4% à 5%.Les prévisions bénéficiaires pour l'exercice progressent, mais la seconde moitié de l'année promet d'être moins rose. A un ratio cours/bénéfice de 8 et une valeur de l'entreprise (EV) correspondant à 4 fois le cash-flow opérationnel, la valorisation est extrêmement faible. Toutefois, comme les perspectives sont trop incertaines, nous ne recommandons pas d'acheter.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 8,39 eurosTicker: BPOSTCode ISIN: BE0974268972Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,74 milliard EURC/B 2020: 9C/B attendu 2021: 8Perf. cours sur 12 mois: +5%Perf. cours depuis le 01/01: +3%Rendement du dividende: 5,5%