De l'avis de Tim Van Hauwermeiren, le CEO, l'efgartigimod est susceptible de révolutionner le traitement des maladies auto-immunes et de devenir l'un des médicaments les plus vendus de tous les temps. Rien que ça. Les analystes estiment que pour la myasthénie, le PTI (une maladie du sang), le pemphigus vulgaire (PV; une maladie de la peau) et la PIDC (une maladie des muscles), soit les quatre indications de l'efgartigimod à avoir atteint la phase proof-of-concept (étude de phase II réussie), le chiffre d'affaires (CA) total devrait atteindre à l'horizon 2030 plus de cinq milliards de dollars. Ils pourront affiner leurs projections lorsque les chiffres de vente du Vyvgart seront connus, soit le 5 mai, jour de la publication de la mise à jour relative au 1er trimestre. Mais l'entreprise a déjà, dans son rapport annuel, dressé un premier bilan...

De l'avis de Tim Van Hauwermeiren, le CEO, l'efgartigimod est susceptible de révolutionner le traitement des maladies auto-immunes et de devenir l'un des médicaments les plus vendus de tous les temps. Rien que ça. Les analystes estiment que pour la myasthénie, le PTI (une maladie du sang), le pemphigus vulgaire (PV; une maladie de la peau) et la PIDC (une maladie des muscles), soit les quatre indications de l'efgartigimod à avoir atteint la phase proof-of-concept (étude de phase II réussie), le chiffre d'affaires (CA) total devrait atteindre à l'horizon 2030 plus de cinq milliards de dollars. Ils pourront affiner leurs projections lorsque les chiffres de vente du Vyvgart seront connus, soit le 5 mai, jour de la publication de la mise à jour relative au 1er trimestre. Mais l'entreprise a déjà, dans son rapport annuel, dressé un premier bilan. Elle y indique que l'accent est mis à ce stade sur l'information et l'accompagnement des patients; que l'équipe commerciale est déjà entrée en contact avec 600 des 1.000 neurologues les plus importants (sur un total de 7.700 aux Etats-Unis) visés; et qu'elle a conclu des accords avec des compagnies d'assurance pour 25% des 17.000 patients atteints de myasthénie aux Etats-Unis. D'ici fin juin, ce taux devrait passer à 50% au bas mot. Si les attentes des analystes sont peu ambitieuses pour 2022, c'est naturellement en raison du contexte: le Covid-19, un mécanisme d'action nouveau à faire connaître, et l'absence, pour l'heure, de code de remboursement spécifique (ce qui devrait être résolu à compter du 3e trimestre). Pour le 1er trimestre, le consensus vise un CA de 6 millions de dollars aux Etats-Unis; pour 2022, il attend 97 millions de dollars. Des perspectives que la direction d'argenx elle-même juge réalistes. L'entreprise s'affairera bientôt au Japon, qui a approuvé son médicament en janvier et où les ventes pourront commencer dès après l'attribution d'un prix de remboursement national (attendue en avril). L'approbation par l'Europe est attendue au second semestre. Les partenaires d'argenx soumettront leur dossier d'enregistrement en Israël au 2e trimestre et en Chine mi-2022. Le Moyen-Orient (via GenPharm) et le Canada sont lorgnés également. L'entreprise s'attelle au développement de l'efgartigimod dans un maximum d'indications. D'ici à la fin de l'année, la molécule sera testée dans 10 indications. Les résultats des 5 études de phase III suivantes sont attendus au cours des 12 prochains mois. Ce mois-ci encore tomberont les résultats de l'étude portant sur le traitement de la myasthénie par administration sous-cutanée du produit en recourant à la technologie de l'américain Halozyme; s'il est efficace, ce traitement fera l'objet d'une procédure d'enregistrement distincte. Autrement dit, pour cette indication, les patients pourraient alors choisir entre les deux traitements d'argenx. Les résultats de l'étude consacrée au traitement du PTI par voie intraveineuse et par voie sous-cutanée seront dévoilés au 2e trimestre de 2022 et au 1er trimestre de 2023 respectivement. Ceux sur le PV devraient tomber au 4e trimestre, mais comme l'étude a recruté des patients en Ukraine, un retard est possible. Enfin, les résultats sur la PDCI sont attendus au 1er trimestre de 2023. Un deuxième essai clinique avec l'ARGX-117 commencera cette année et en vue du premier essai avec l'ARGX-119, la demande sera introduite avant la fin de l'année. En 2022, argenx devrait consommer environ la moitié des liquidités qu'elle avait au sortir de 2021 (2,34 milliards de dollars). Les premières nouvelles, avant celles du 5 mai, concernant le Vyvgart sont bonnes. Les spéculateurs n'ont pas profité du lancement du Vyvgart pour "shorter" l'action (la vendre à découvert, en anticipant sa dépréciation) et les analystes américains n'ont pas formulé de perspectives négatives; c'est positif! Le titre, qui a reperdu ce qu'il avait gagné en décembre après l'approbation du Vyvgart par la FDA, demeure digne d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 250,4 eurosTicker: ARGX BBCode ISIN: NL0010832176Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 12,8 milliards EURC/B 2021: -C/B attendu 2022: -Perf. cours sur 12 mois: -4%Perf. cours depuis le 01/01: -18%Rendement du dividende: -