L'annonce d'un investissement qui pourrait atteindre cinq milliards d'euros dans des capacités de production de matériaux pour batteries et dans une usine de recyclage de batteries, entre autres, au cours des cinq prochaines années, a passablement surpris, car il s'agit d'un programme beaucoup plus ambitieux que prévu. Umicore met résolument l'accent sur la mobilité propre et le recyclage, des secteurs auxquels il se consacre depuis un certain temps déjà.
...

L'annonce d'un investissement qui pourrait atteindre cinq milliards d'euros dans des capacités de production de matériaux pour batteries et dans une usine de recyclage de batteries, entre autres, au cours des cinq prochaines années, a passablement surpris, car il s'agit d'un programme beaucoup plus ambitieux que prévu. Umicore met résolument l'accent sur la mobilité propre et le recyclage, des secteurs auxquels il se consacre depuis un certain temps déjà.La réaction a été glaciale - l'action a immédiatement perdu 10%. Les investisseurs ont surtout buté sur les risques: le taux d'endettement va sensiblement augmenter, alors que les rendements seront parfois très éloignés dans le futur. Le bilan récent d'Umicore est en outre peu réjouissant. Le groupe a beaucoup investi dans l'expansion de ses capacités de production de matériaux pour batteries, initiatives dont la surcapacité sur le marché et des choix technologiques malheureux ont torpillé la rentabilité. Il a même dû émettre en début d'année un avertissement sur bénéfices pour 2022 et 2023.Rien de tout cela ne décourage la direction, à juste titre, sans doute. Umicore a appris de ses erreurs, tandis qu'un avenir florissant attend le marché de la mobilité verte - qui devrait, estime le groupe, croître de 300% d'ici à 2030. Si Umicore ne joue pas maintenant, pleinement, la carte de la mobilité verte, il risque de rater le coche. Il ne se lance pas non plus tête baissée dans l'aventure. Il investit par tranches, sur fond, souvent, de contrats de vente à long terme. Si le marché n'évolue pas comme prévu, ou si les débouchés se font rares, les investissements seront réduits. Le groupe pouvant en outre se prévaloir d'un bilan sain, une augmentation de capital est peu probable, en particulier les premières années.Umicore a désormais une vision plus claire du marché des matériaux pour batteries, qui devrait devenir son principal moteur de gain. Il prévoit de faire passer sa production de cathodes de 65 GWh en 2021 à 400 GWh en 2030, de manière à préserver ses 20% de part du marché mondial. La moitié de l'accélération de la production sera couverte par les contrats récemment conclus avec Volkswagen et Stellantis. Le groupe s'attend à pouvoir annoncer d'autres contrats dans l'automobile encore. Il pourrait par ailleurs passer, plus tard dans la décennie, à des batteries à plus forte teneur en nickel et à d'autres solutions technologiques. Il cherche enfin à consolider son avance dans le domaine du recyclage des batteries, un marché appelé à connaître une croissance explosive, en construisant une usine en Europe, pour un montant de 500 millions d'euros.Umicore a fourni une estimation du rendement financier de ses investissements. Son chiffre d'affaires devrait être multiplié par deux d'ici à 2030, et assorti d'une marge d'au moins 20% sur les cash-flows opérationnels durant cette même période (marge de 31% en 2021, année record). Le rendement des capitaux propres devrait atteindre 15%. Quant aux cash-flows disponibles, ils deviendront apparemment intéressants dès 2026. Mais tout cela est un peu trop vague aux yeux des investisseurs d'aujourd'hui.Umicore mise résolument sur la mobilité verte et le recyclage. La stratégie est ambitieuse mais le bilan sain, l'approche progressive et les perspectives qu'offre le marché limitent le risque. Le rendement financier est difficile à estimer. Le recul du cours ouvre une nouvelle fenêtre d'entrée mais dans le climat boursier actuel, rien ne presse.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 33,7 eurosTicker: UMICode ISIN: BE0974320526Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 8,31 milliards EURC/B 2021: 18 C/B attendu 2022: 16Perf. cours sur 12 mois: -32%Perf. cours depuis le 01/01: -6%Rendement du dividende: 2,4%