Après un départ en fanfare, la carrière de Twitter en Bourse a décliné assez rapidement. L'action a certes été introduite à 26 USD en novembre 2013, mais aucun investisseur privé n'a pu l'acquérir à ce prix. Elle dépassait en effet les 45 USD sur les tables de cotation lorsque le marché normal s'est ouvert le premier jour de Bourse. Quinze mois plus tard, Twitter s'échange à... 45 USD. L'action de l'entreprise de médias sociaux a certes atteint rapidement 75 USD, mais c'est surtout le désenchantement qui domine après des résultats trimestriels décevants. Jusqu'au début du mois, l'action avait décroché après quasiment chaque rapport trimestriel, conséquence d'une cr...

Après un départ en fanfare, la carrière de Twitter en Bourse a décliné assez rapidement. L'action a certes été introduite à 26 USD en novembre 2013, mais aucun investisseur privé n'a pu l'acquérir à ce prix. Elle dépassait en effet les 45 USD sur les tables de cotation lorsque le marché normal s'est ouvert le premier jour de Bourse. Quinze mois plus tard, Twitter s'échange à... 45 USD. L'action de l'entreprise de médias sociaux a certes atteint rapidement 75 USD, mais c'est surtout le désenchantement qui domine après des résultats trimestriels décevants. Jusqu'au début du mois, l'action avait décroché après quasiment chaque rapport trimestriel, conséquence d'une croissance décevante du nombre d'utilisateurs actifs. Pour le calculer, Twitter se base sur le Monthly Active Users (MAU). L'évolution du MAU est cruciale pour le modèle de croissance de Twitter. Plus de 90% du chiffre d'affaires (CA) provient en effet des revenus publicitaires. Et celui-ci se compose à 88% de publicités pour appareils mobiles. Ce pourcentage est plus élevé que chez Facebook, ce qui est d'ailleurs logique : finalement, Twitter est avant tout un média mobile. L'augmentation des revenus publicitaires est une chose, mais il impose une croissance de la base d'utilisateurs, et c'est à ce niveau que le bât blesse actuellement. C'était également le cas au 4e trimestre, le plus récent, ce qui a laissé présager le pire dans un premier temps pour l'action. Mais à la surprise générale, Twitter a bondi de 16%, une évolution qui a été imputée à l'augmentation plus rapide que prévu du CA. Ce dernier a en effet progressé de 97% à 479,1 millions USD au 4e trimestre. Le nombre d'utilisateurs n'a gagné que 1,4% par rapport au 3e trimestre, la plus faible croissance de l'histoire de l'entreprise. Sur base annuelle, l'augmentation s'établit à près de 20%, à 288 millions. Il atteignait encore 23% au 3e trimestre. Sur l'ensemble de l'année 2014, Twitter a accueilli 47 millions de nouveaux utilisateurs. La direction attribue la lenteur de la croissance de la base d'utilisateurs à des effets saisonniers, alors que des problèmes techniques dans l'intégration de l'application Twitter dans le nouveau système d'exploitation Apple (iOS 8) auraient également joué un rôle. L'explication n'est en tout cas guère convaincante. Le groupe prévoit 13 à 16 millions de nouveaux utilisateurs au cours du trimestre en cours, ce qui représenterait une croissance moyenne de 4,5% sur base trimestrielle. La plateforme vidéo propre permettrait également aux utilisateurs de ne pas devoir systématiquement cliquer vers des sites concurrents comme YouTube (propriété de Google). On table toujours sur un CA de 440 à 450 millions USD pour le trimestre en cours, et les prévisions pour l'ensemble de l'exercice s'élèvent en moyenne à 2,35 milliards USD, ce qui implique une croissance d'environ 70% sur base annuelle. La perte nette a été ramenée de 511,5 à 125,4 millions USD. ConclusionLa faible croissance de la base d'utilisateurs reste inquiétante, même si l'action Twitter s'en est sortie à son avantage cette fois. La question cruciale reste de savoir si Twitter, comme Facebook, parviendra à rentabiliser suffisamment cette base d'utilisateurs. A 12 fois le CA attendu, nous trouvons toujours l'action trop chère pour justifier un investissement.Conseil: conserverRisque: élevéRating: 2C