Cameco avait surpris les investisseurs l'an dernier en annonçant la mise hors service durant 10 mois de McArthur River, la plus grande mine du groupe, ainsi que de l'usine de traitement Key Lake. Un an plus tôt, le producteur canadien d'uranium avait dû interrompre l'activité de la mine Rabbit Lake. Par conséquent, la production chutera de près de 15 millions de livres cette année. L'an dernier, le Kazakhstan, le premier producteur mondial d'uranium, avait imposé à deux reprises aux entreprises publiques une limitation de leur production. Tim Gitzel, le CEO de Cameco, s'est dit optimiste concernant l'industrie de l'uranium à moyen terme, mais ses perspectives à court terme sont prudentes afin de ne pas décevoir les attentes. On recense actu...