Après la publication de ses résultats trimestriels, supérieurs aux prévisions, Microsoft a vu sa capitalisation boursière franchir le seuil des 1.000 milliards de dollars. Apple (en août dernier) et Amazon (en septembre) avaient précédé l'éditeur de logiciels. Microsoft rapporte ses résultats financiers par activité. Au troisième trimestre (de janvier à mars) de son exercice fiscal 2019, le chiffre d'affaires (CA) de la division Productivity and Business (Office, LinkedIn, etc.) a progressé de 14% en glissement annuel, à 10,2 milliards de dollars, alors que le consensus visait 10 milliards de dollars. La suite Office 365 à usage commercial compte désormais 180 millions d'utilisateurs dans le monde. La version destinée aux particuliers n'a pas enco...

Après la publication de ses résultats trimestriels, supérieurs aux prévisions, Microsoft a vu sa capitalisation boursière franchir le seuil des 1.000 milliards de dollars. Apple (en août dernier) et Amazon (en septembre) avaient précédé l'éditeur de logiciels. Microsoft rapporte ses résultats financiers par activité. Au troisième trimestre (de janvier à mars) de son exercice fiscal 2019, le chiffre d'affaires (CA) de la division Productivity and Business (Office, LinkedIn, etc.) a progressé de 14% en glissement annuel, à 10,2 milliards de dollars, alors que le consensus visait 10 milliards de dollars. La suite Office 365 à usage commercial compte désormais 180 millions d'utilisateurs dans le monde. La version destinée aux particuliers n'a pas encore autant de succès (34,2 millions d'utilisateurs), mais continue à enregistrer une croissance soutenue (+18%). LinkedIn a confirmé l'évolution positive des trimestres précédents, avec une croissance de 27%. C'est la division Intelligent Cloud (activités Server & entreprises, plateforme cloud Azure, etc.) qui s'est montrée la plus performante, avec une hausse du CA de 22%, à 9,65 milliards de dollars (attentes: 9,3 milliards). Microsoft propose toujours plus de services cloud. Autrefois axé sur la vente de licences logicielles, le modèle économique du géant technologique est à présent fondé sur des revenus récurrents. En raison des investissements importants que cette transition requiert encore, les marges des services cloud sont pour l'instant inférieures à celles enregistrées sur les licences logicielles. Mais comme la plateforme Azure est extensible, les coûts fixes diminueront à mesure qu'augmente le nombre d'utilisateurs. Azure enregistre toujours une croissance affolante: 73%, au troisième trimestre. Sa part de marché de près de 30% dans le segment de l'infrastructure a hissé Microsoft au deuxième rang mondial, derrière Amazon (41%). La division More Personal Computing (Windows, Xbox, Surface) dégage le CA le plus important (10,7 milliards de dollars), mais en glissement annuel, sa croissance fut la plus faible (8%). Le CA consolidé s'est accru de 14% en un an, à 30,6 milliards; Microsoft a ainsi surpassé les attentes pour la septième fois en huit trimestres. Avec une croissance de 16%, le bénéfice brut a progressé un peu plus rapidement que le CA. La marge bénéficiaire brute a dès lors gagné 1%, à 67%, par rapport à l'an dernier. Le bénéfice net a, lui, augmenté de 19%, à 8,8 milliards, ou 1,14 dollar par action (consensus: un dollar). Pour l'exercice 2020, Microsoft escompte une croissance du CA à deux chiffres et une nouvelle augmentation du bénéfice opérationnel. Le groupe a produit un flux de trésorerie disponible de 11 milliards de dollars (+19% en un an), au troisième trimestre; il a pu verser aux actionnaires 7,4 milliards (7% de plus qu'un an plus tôt), sous la forme de dividendes et de rachats d'actions propres. Fin mars, le bilan de Microsoft affichait 131,5 milliards de dollars de liquidités et d'investissements à court terme, face à une position d'endettement totale de 86,3 milliards de dollars. Microsoft tourne à plein régime et la croissance ne montre aucun signe d'essoufflement. Sa valorisation ne nous encourage cependant pas à recommander l'achat du titre. L'action s'échange en effet moyennant une prime par rapport à la moyenne du marché et à sa propre moyenne historique. C'est pourquoi nous la vendrions, et attendrions des conditions plus favorables pour reconstituer une position. Conseil: vendre Risque: moyenRating: 3BCours: 130,6 dollarsTicker: MSFT USCode ISIN: US5949181045Marché: NasdaqCapit. boursière: 1.001 milliards USDC/B 2018: 30C/B attendu 2019: 28,5Perf. cours sur 12 mois: +40%Perf. cours depuis le 01/01: +28%Rendement du dividende: 1,4%