Le groupe Vertex est leader mondial dans le traitement de la mucoviscidose. Il commercialise deux produits : Kalydeco et Orkambi, une thérapie combinant un potentiateur (Kalydeco) et un correcteur (Lumacaftor ; VX-809). On évalue aujourd'hui à 75.000 le nombre de personnes souffrant de mucoviscidose. Actuellement, jusque 29.000 patients peuvent être traités avec Kalydeco (4000) et Orkambi (25.000) ; 12.500 patients étaient en traitement à la fin de l'an dernier. Les ventes d'Orkambi ont déçu en 2016 après que 15% des patients ont arrêté le traitement en raison des effets secondaires. Mais en mars, d'excellents résultats d'essais cliniques de phase III ont été publiés au sujet de l'association de Kalydeco et de VX-661, qui ont...

Le groupe Vertex est leader mondial dans le traitement de la mucoviscidose. Il commercialise deux produits : Kalydeco et Orkambi, une thérapie combinant un potentiateur (Kalydeco) et un correcteur (Lumacaftor ; VX-809). On évalue aujourd'hui à 75.000 le nombre de personnes souffrant de mucoviscidose. Actuellement, jusque 29.000 patients peuvent être traités avec Kalydeco (4000) et Orkambi (25.000) ; 12.500 patients étaient en traitement à la fin de l'an dernier. Les ventes d'Orkambi ont déçu en 2016 après que 15% des patients ont arrêté le traitement en raison des effets secondaires. Mais en mars, d'excellents résultats d'essais cliniques de phase III ont été publiés au sujet de l'association de Kalydeco et de VX-661, qui ont révélé une efficacité plus élevée et un meilleur profil de sécurité qu'Orkambi, ainsi qu'une action sur une autre mutation génétique (1500 patients). La demande d'approbation aux États-Unis (FDA) et en Europe (AEM) sera introduite au troisième trimestre. En cas de feu vert pour cette thérapie combinée l'an prochain, l'augmentation du nombre de contrats de remboursement, surtout en Europe, et la nouvelle extension du label pourront porter à terme le nombre de patients à même d'être traités à 44.000. L'objectif ultime de l'entreprise est cependant le développement d'une trithérapie destinée à la majeure partie (24.000) des patients restants. Vertex recherche donc une troisième molécule (un correcteur de nouvelle génération) à combiner avec les deux précédentes. Elle en développe pour cela quatre nouvelles, et a annoncé le 18 juillet d'excellents résultats d'essais cliniques de phases I et II avec trois d'entre elles : VX-440 et VX-152 en phase II, et VX-659 en phase I. Une amélioration significative de la fonction pulmonaire a été observée pour chacune : jusqu'à 12% avec VX-440 (sachant que plus de 2,5% sont déjà satisfaisants), jusqu'à 9,7% avec VX-152 et jusqu'à 9,6% avec VX-659. Vertex veut lancer au cours du premier semestre 2018 une ou plusieurs études de phase III sur une trithérapie. Le premier médicament pourrait ainsi être mis sur le marché d'ici 2020. Les analystes tablent sur un surcroît de chiffre d'affaires (CA) de 4 milliards de dollars d'ici 2025 et sur 7,5 à 8,6 milliards de dollars pour l'ensemble de la franchise sur la mucoviscidose. Les succès de Vertex ne sont pas une bonne nouvelle pour Galapagos, qui avec AbbVie travaille également au développement d'une trithérapie. Sur ce point, Vertex a un an d'avance sur Galapagos, qui n'entend lancer une première étude clinique sur une trithérapie qu'à partir du quatrième trimestre. Vertex a enregistré un CA de 514 millions de dollars au premier semestre, en hausse de 20,7% par rapport à l'an dernier, et prévoit pour l'ensemble de l'exercice un CA situé entre 740 et 770 millions de dollars pour Kalydeco (703 millions en 2016) et entre 1,1 et 1,3 milliard de dollars pour Orkambi (980 millions en 2016). Vertex a surpassé toutes les attentes avec ses excellents résultats d'essais cliniques. Les Américains confirment ainsi leur leadership incontestable dans le traitement de la mucoviscidose, et l'entreprise redevient une cible potentielle pour une acquisition. Les positions trop importantes peuvent peu à peu être réduites, mais fondamentalement et malgré une valorisation élevée de respectivement 99 et 53 fois le bénéfice attendu en 2017 et 2018, l'action est à conserver. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BDevise : dollar américainMarché : New YorkCapit. boursière : 39,5 milliards de dollarsC/B 2016 : 145C/B attendu 2017 : 99Perf. cours sur 12 mois : +53 %Perf. cours depuis le 01/01 : +112 %Rendement du dividende : -