Les géants pétroliers intégrés comme le groupe français Total surveillent l'évolution de trois indicateurs. Le premier est évidemment le cours du pétrole, qui se redresse lentement de son plancher du début de l'année. Le deuxième est le prix du gaz naturel, mais aucun redressement n'est encore palpable de ce côté, et Total ne prévoit pas de hausses de prix durables sur le marché du gaz naturel durant les prochaines années non plus compte tenu de la suroffre. Enfin, les marges de raffinage, pour l'heure relativement élevées. Ces marges avaient été considérablement érodées cet été, mais au cours des trimestres à venir, elles devraient rester une source de bénéfices compensatoires. La conj...