Est-il utile de préciser que les résultats de Total n'échappent pas au krach des cours pétroliers ? Pour autant, les dégâts restent limités en l'occurrence. Au 4e trimestre, le bénéfice net ajusté a reculé de 26% alors que le pétrole s'est effondré de 38% par rapport à la même période en 2014. Sur l'ensemble de l'année 2015, le bénéfice net ajusté a reculé de 18%, alors que le cours moyen du pétrole a reflué de 47%. Total s'en tire donc très bien par rapport au secteur, ce qui est dû à plusieurs facteurs. D'abord, le groupe cueille enfin les fruits de sa politique d'investissements des dernières années. Il a longtemps basé sa stratégie sur un prix du pétrole d'au moins 100 d...