Malheureusement, le rapport semestriel ne montre aucune amélioration dans les ventes du Jetrea, un médicament ophtalmique contre l'adhésion vitréomaculaire (AVM). Le chiffre d'affaires (CA) aux Etats-Unis s'élevait à 4,25 millions EUR sur la base d'environ 1250 injections, contre 5 millions EUR (1800 injections) au premier semestre 2014 et 3,8 millions EUR (1400 injections) au 2e semestre 2014. En 2013, première année de commercialisation, 7000 injections avaient été administrées. La direction compte infléchir la tendance baissière en 2015 (hausse attendue à 3500 à 4000 injections) grâce aux résultats de l'étude de phase IV en cours. Les résultats (intermédiaires) positifs d'Oasis, Orbit et Inject (une étud...

Malheureusement, le rapport semestriel ne montre aucune amélioration dans les ventes du Jetrea, un médicament ophtalmique contre l'adhésion vitréomaculaire (AVM). Le chiffre d'affaires (CA) aux Etats-Unis s'élevait à 4,25 millions EUR sur la base d'environ 1250 injections, contre 5 millions EUR (1800 injections) au premier semestre 2014 et 3,8 millions EUR (1400 injections) au 2e semestre 2014. En 2013, première année de commercialisation, 7000 injections avaient été administrées. La direction compte infléchir la tendance baissière en 2015 (hausse attendue à 3500 à 4000 injections) grâce aux résultats de l'étude de phase IV en cours. Les résultats (intermédiaires) positifs d'Oasis, Orbit et Inject (une étude du suivi mise en oeuvre par le partenaire Alcon) ont révélé que le profil de sécurité du Jetrea restait intact à plus long terme (24 mois de suivi) et porté l'efficacité de 26,5% dans l'étude de phase III (base de la demande d'approbation) à entre 41,7% et 58,1%. Mais ces arguments supplémentaires n'ont pas pu convaincre les chirurgiens ophtalmologiques d'utiliser (davantage) le Jetrea. En cause : de prétendus problèmes de sécurité, une sélection complexe des patients et l'absence de motivation financière pour le chirurgien (une opération reste financièrement beaucoup plus attrayante). ThromboGenics Abelor a donc décidé de réduire drastiquement l'organisation commerciale aux Etats-Unis, avec comme objectif 2500 patients par an et un impact nul sur la trésorerie à partir de 2016. Malgré une vente combinée avec le produit à succès Lucentis et le fait que le Jetrea a entretemps été approuvé dans 53 pays, nous observons aussi une stagnation du CA chez Alcon, responsable des ventes en dehors des Etats-Unis depuis le 1er semestre 2014. Des ventes qui ont permis à ThromboGenics de percevoir 1,7 million EUR de royalties sur base semestrielle. Les économies sur les coûts portent cependant leurs fruits, puisque la position de trésorerie a baissé de 13,8 millions EUR au 1er semestre (8,4 millions EUR au 2e trimestre) à 113,3 millions EUR (contre 23,6 millions EUR l'an dernier, 45,3 millions EUR sur base annuelle). L'objectif 2015 en matière de consommation de liquidités a été confirmé à 45 millions EUR. La perte nette s'est réduite de 27,2 millions EUR à 19,2 millions EUR, soit -0,53 EUR par action. L'attention se déplace à présent vers le pipeline clinique. L'entreprise louvaniste mise sur de nouvelles applications pour le Jetrea avec un groupe beaucoup plus important de patients potentiels et sans porter préjudice à un traitement existant : rétinopathie diabétique (lancement d'une étude de phase II pour fin 2015) et occlusion veineuse rétinienne (affections vasculaires de la rétine; lancement d'une étude préclinique). On notera également plusieurs projets précliniques en chirurgie oculaire. Au début de cette année, le TB-403, le médicament anti-PLGF contre le cancer du cerveau, a été transféré dans Oncurious, une nouvelle société dont ThromboGenics est actionnaire majoritaire. Une étude de phase I/IIa sera lancée fin 2015 sur le TB-403 contre le médulloblastome, la forme la plus fréquente de cancer du cerveau chez les enfants. ConclusionLa capitalisation boursière est désormais inférieure à la position de trésorerie. Celle-ci suffit encore pour au moins trois ans, ce qui n'est certainement pas une éternité pour démontrer la valeur du pipeline clinique. Bien entendu, un horizon à long terme est indispensable, avec le risque implicite lié à une entreprise de développement. Conseil: conserver/attendreRisque: élevéRating: 2C