Pour une année 2015 annoncée " de transition ", les résultats sont plutôt bons. Qui dit Texaf, dit République Démocratique du Congo (RDC). Et aussi revenus importants sur des projets immobiliers dans ce grand pays africain. Les problèmes administratifs et juridiques rencontrés par le groupe sont compensés par des rendements annuels de 20 à 25%, soit très largement supérieurs à ceux de notre pays. Il s'agit principalement de sites de premier choix à Kinshasa, et bien sécurisés. Les revenus locatifs ont à nouveau progressé de 7% l'an dernier, à 14,4millions EUR, contre 4millions EUR de revenus locatifs en 2005. Et ce, grâce à la mise en place des 2e et 3e phases du projet " Champ de Coton " (...

Pour une année 2015 annoncée " de transition ", les résultats sont plutôt bons. Qui dit Texaf, dit République Démocratique du Congo (RDC). Et aussi revenus importants sur des projets immobiliers dans ce grand pays africain. Les problèmes administratifs et juridiques rencontrés par le groupe sont compensés par des rendements annuels de 20 à 25%, soit très largement supérieurs à ceux de notre pays. Il s'agit principalement de sites de premier choix à Kinshasa, et bien sécurisés. Les revenus locatifs ont à nouveau progressé de 7% l'an dernier, à 14,4millions EUR, contre 4millions EUR de revenus locatifs en 2005. Et ce, grâce à la mise en place des 2e et 3e phases du projet " Champ de Coton " (20 appartements de 2 à 4chambres) et à un espace de bureaux de 1200m² livrés à l'ambassade japonaise, et alors qu'un important locataire (une institution internationale) s'est en grande partie retirée vers l'Est du pays. Avec Carrigrès (carrière de grès à Kinshasa, disposant d'au moins 40années de réserves), nous passons aux activités industrielles. Là, l'évolution du groupe est nettement moins favorable. À plus forte raison en termes d'évolution du chiffre d'affaires (-5%, à 5,1 millions EUR). Grâce à une meilleure gestion, le résultat opérationnel récurrent (hors éléments exceptionnels - REBIT) s'est accru de 31%, à 1,45million EUR. Malgré ces déconvenues, Carrigrès est maintenu au sein du groupe car cette activité génère des cash-flows libres élevés, qui sont utilisés pour la promotion immobilière. Le résultat opérationnel récurrent (REBIT; hors éléments exceptionnels) au niveau du groupe s'est replié de 7%, à 6,5millions EUR. Ce qui est notamment lié à l'augmentation des taxes libératoires sur les revenus locatifs. Le bénéfice net a dès lors à nouveau progressé de 16%, à 5,45millions EUR. Par action, cela représente 1,54EUR, car 11% de titres supplémentaires (354.370nouveaux titres) se sont ajoutés, à l'avantage du groupe chinois CHA de Hong Kong. En échange, la société Immotex (14 hectares - ha - dans le centre et 104 ha de terrains non développés en dehors de Kinshasa) est intégralement placée dans le giron du groupe Texaf (autrefois 50-50 avec CHA). Ce qui offre la possibilité au groupe de connaître encore une croissance soutenue, au cours des 10prochaines années, dans la promotion de projets immobiliers, y compris celle de plus de 1500logements sur les 104ha en dehors de Kinshasa, en plus de bureaux et de villas /appartements dans la capitale. La direction table sur un REBIT encore plus élevé cette année. Grâce à des revenus locatifs plus élevés sur 4nouveaux bâtiments (4ephase du Champ de Coton, au total 33appartements de 2 à 4chambres), disponible à partir de la mi-2016. Et ce, malgré l'année en demi-teinte prévue pour Carrigrès, du fait du frein de l'économie en RDC en raison des faibles prix des matières premières, ce qui confronte le pays à un manque de devises. Aucun investissement dans les routes, donc. La politique de dividendes ambitieuse (+20% par an) est maintenue, avec un dividende brut de 0,58EUR par action pour l'année 2015. ConclusionLe potentiel de bénéfice à plus long terme reste considérable et intact. Mais 2016 peut être une année difficile du fait du manque de devises et de l'incertitude politique (les élections présidentielles auront-elles lieu en novembre?). Si cela pesait sur le cours, nous y verrions une opportunité pour l'investisseur de long terme en quête de valeur. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B