Pour la première fois, les actionnaires pourront choisir de recevoir leur dividende, partiellement ou totalement, en nouvelles actions. L'actionnaire principal, SFA (Philippe Croonenberghs), choisira cette option au moins pour la moitié du dividende.
...

Pour la première fois, les actionnaires pourront choisir de recevoir leur dividende, partiellement ou totalement, en nouvelles actions. L'actionnaire principal, SFA (Philippe Croonenberghs), choisira cette option au moins pour la moitié du dividende.La société de portefeuille se distingue déjà depuis des années par la croissance de son dividende. Entre 2008 et 2019, ce dernier est en effet passé de 0,16 à 1,157 euro brut (0,81 euro net) par action. Et le dividende versé au titre de l'exercice écoulé est supérieur de 19% à celui de 2018 (0,971 euro brut). Ce taux de croissance rapide reste (pour l'instant) possible grâce à la hausse continue des revenus locatifs des activités immobilières (et en premier lieu le site Utexafrica), qui s'élevaient l'année dernière à 19,47 millions d'euros grâce à la première phase du projet Bois Noble, composé de 36 logements, tous loués (valeur locative l'an: 1,6 million d'euros). La deuxième phase du projet vient d'être lancée; elle porte sur 33 logements dont la livraison est prévue pour fin 2020/début 2021. Autre élément positif: la signature d'un contrat de location de 10 ans avec Brussels Airlines pour un étage d'un bâtiment qui sera achevé d'ici décembre, à PetitPont. Texaf cherche des locataires pour les deux autres étages. Une embellie se profile aussi au niveau de la carrière de grès de Carrigrès, à Kinshasa, qui possède encore au moins 40 années de réserves, mais qui faisait bien piètre figure en termes de ventes; le chiffre d'affaires (CA) a progressé de 52,6%, à 2,46 millions d'euros, en 2019, ce qui n'a toutefois pas suffi à extraire le résultat d'exploitation du rouge (ce dernier s'établit à -63.000 euros). La promotion de quelque 1.500 logements sur les 87 hectares (ha) que Texaf possède encore à Kinsuka, en banlieue de Kinshasa, représente un autre mégaprojet potentiel pour le holding. Pour relier la capitale à la nouvelle centrale hydroélectrique, la Société Nationale d'Electricité a déjà acquis 17,2 ha de ce site, pour 6,9 millions de dollars (valeur ajoutée: 5,12 millions). Cette opération a rapporté au holding un beau bénéfice net de 10,77 millions d'euros, ou 3,04 euros par action. Le résultat d'exploitation récurrent s'élevait à 7,83 millions d'euros (2,21 euros par action). Nous attendons avec impatience des nouvelles de ce mégaprojet prochainement. Le campus numérique Texaf Digital, ouvert en 2020, est un nouveau pôle de croissance. Texaf a mis à disposition un bâtiment rénové de 700 m² où sont organisées des formations intensives dans le développement web et mobile. Par le biais du fonds Partech Africa, des investissements sont réalisés dans neuf start-up africaines. Texaf entend devenir un investisseur de premier plan dans le secteur en République démocratique du Congo (RDC). La direction escompte un résultat 2020 en ligne avec celui de 2019, car les résultats locatifs additionnels de la phase II du projet Bois Nobles et de Petit Pont ne seront comptabilisés qu'en 2021. Après une hausse initiale spectaculaire, l'action stagne depuis cinq ans environ déjà en raison de l'instabilité économique et politique de la RDC. Un redécollage nous semble toutefois possible ces prochaines années. Sur le long terme, la marge d'appréciation de l'action reste intacte et considérable; d'ici quelques années s'y ajoutera le potentiel de l'économie numérique. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 33,20 eurosTicker: TEXF BBCode ISIN: BE0974263924Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 117,7 millions EURC/B 2019: 13C/B attendu 2020: 13Perf. cours sur 12 mois: +11%Perf. cours depuis le 01/01: -11%Rendement du dividende: 2,4%