Luc Tack, le directeur (CEO) du groupe et son actionnaire de référence, a évoqué un "vent de face". Le chiffre d'affaires (CA) étant cependant demeuré stable au quatrième trimestre, le groupe a pu enregistrer une hausse de 4,5%, à 1,611 milliard d'euros, en rythme annuel. Le groupe s'est lourdement endetté en Belgique pour financer les activités américaines. Or la chute du dollar impose aujourd'hui une réduction de valeur comptable significative. Tessenderlo a également pâti, comme la plupart des entreprises industrielles, de la hausse des cours des matières premières. Celle-ci ne peut être répercutée sur les clients qu'avec un certain retard. Chez Tessenderlo Group, elle concerne notamment le PVC, le matériau de base de ses conduites en plastique. C'est donc de façon très logique la division Solutions ind...