En décembre, nous avions proposé un scénario vendeur sur Tesla (voir IB-49B) dans la rubrique consacrée aux produits dérivés. Le moment pouvait difficilement être mieux choisi puisque l'action a perdu 40% durant les semaines qui ont suivi, les turbos présentés apportant ainsi un rendement de 80% à 240% en deux mois à peine. Tesla a connu un début d'année désastreux, et l'action est retombée en février à son plus bas niveau en plus de deux ans. En cause : les inquiétudes concernant l'impact du faible prix de l'essence sur l'attrait des véhicules électriques. En outre, le marché se demandait si la capacité de production serait suffisante pour réaliser les objectifs par...

En décembre, nous avions proposé un scénario vendeur sur Tesla (voir IB-49B) dans la rubrique consacrée aux produits dérivés. Le moment pouvait difficilement être mieux choisi puisque l'action a perdu 40% durant les semaines qui ont suivi, les turbos présentés apportant ainsi un rendement de 80% à 240% en deux mois à peine. Tesla a connu un début d'année désastreux, et l'action est retombée en février à son plus bas niveau en plus de deux ans. En cause : les inquiétudes concernant l'impact du faible prix de l'essence sur l'attrait des véhicules électriques. En outre, le marché se demandait si la capacité de production serait suffisante pour réaliser les objectifs particulièrement ambitieux du groupe. Tesla a livré 50.580voitures l'an dernier et avance un chiffre de 500.000exemplaires pour 2020. Le lancement du ModelX SUV ne s'est cependant pas déroulé sans accroc. À peine 206exemplaires ont été livrés entre le début officiel de la production en septembre et la fin de l'exercice. Ces inquiétudes ont cependant fondu comme neige au soleil après la publication des résultats annuels, et les investisseurs ont renvoyé l'action à son niveau de la fin de l'an dernier. Tesla prévoit de livrer entre 80.000 et 90.000véhicules cette année. Un chiffre supérieur aux attentes moyennes qui font état de 76.200voitures. Le groupe a cependant dû essuyer une perte trimestrielle de 113,9millions USD. L'exercice 2015 s'est ainsi soldé par une perte nette ajustée de 295millions USD. Les cash-flows opérationnels (-525millions USD) et libres (-1,1million USD) ont été négatifs l'an dernier. La semaine dernière, toute l'attention médiatique s'est concentrée sur le lancement du Model3. Il s'agit d'un cinq-places qui doit permettre la percée définitive de la marque au sein du grand public. Il sera vendu à environ 35.000USD, soit au moins moitié moins cher que les autres produits de la gamme. Dans le segment Premium, le Model3 devra concurrencer la BMW série3, la Mercedes classeC et la LexusIS. Le Model3 aura une autonomie d'au moins 350km, mais un système de batteries plus puissant est proposé en option. Les livraisons du nouveau modèle ne commenceront qu'à la fin de l'an prochain. Après quelques jours, 300.000acheteurs avaient déjà versé un acompte de 1000USD. Ces précommandes ne mèneront pas toutes à des ventes effectives, mais elles apportent déjà de l'argent en caisse. Le groupe a clos l'exercice avec une position de liquidités de 1,2milliard USD et une dette de 2,9milliards USD. Il a livré 14.820véhicules au 1ertrimestre, dont 2400ModelX. C'est environ 1200exemplaires de moins que le chiffre annoncé par la direction en février dernier. Les problèmes rencontrés avec les sous-traitants du ModelX durent plus longtemps que prévu. Tesla souhaite porter le rythme de production de 750 à 1000exemplaires d'ici la fin de ce trimestre. Notons enfin le short ratio remarquablement élevé de 28,6%, qui favorise la volatilité de l'action. Évaluer une entreprise de croissance comme Tesla est un exercice délicat. Selon les critères classiques, l'action est chère, d'autant que les cash-flows sont négatifs. Mais la performance en Bourse de telles entreprises est surtout dictée par le sentiment du marché. Le récent engouement suscité par la présentation du Model3 constitue dès lors un nouveau feu clignotant à nos yeux.Conseil : vendreRisque : élevéRating : 3C