Tesla Motors vole de record en record. Au début de cette semaine, la valeur boursière du constructeur californien de véhicules électriques a franchi pour la première fois la barre des 30 milliards USD. Soit un peu plus de la moitié de la valeur de marché de General Motors, qui vend pourtant plus de 9 millions de véhicules par an dans le monde, contre 22.500 pour Tesla. L'automne dernier, Tesla a subi un léger creux à la suite d'une prétendue défaillance de sécurité du Model S, touché par une série d'incendies. Cependant, les investisseurs ont rapidement rangé leurs inquiétudes au placard et l'action a repris son ascension en décembre. La publication de résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes et d...

Tesla Motors vole de record en record. Au début de cette semaine, la valeur boursière du constructeur californien de véhicules électriques a franchi pour la première fois la barre des 30 milliards USD. Soit un peu plus de la moitié de la valeur de marché de General Motors, qui vend pourtant plus de 9 millions de véhicules par an dans le monde, contre 22.500 pour Tesla. L'automne dernier, Tesla a subi un léger creux à la suite d'une prétendue défaillance de sécurité du Model S, touché par une série d'incendies. Cependant, les investisseurs ont rapidement rangé leurs inquiétudes au placard et l'action a repris son ascension en décembre. La publication de résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes et de perspectives à l'avenant a même fait bondir l'action de 20%. La perspective d'un modèle d'affaires double a également dopé le sentiment des marchés. Au 4e trimestre, Tesla a produit 6.892 véhicules, ce qui porte le total pour 2013 à 22.450 exemplaires. Ce sont tous des Model S, seul modèle commercialisé à ce jour. Le lancement du Model X, un SUV, a une nouvelle fois été repoussé de la fin de cette année au début de l'an prochain. Une berline moins chère à l'achat est également au programme pour 2017. Pour cette année, Tesla prévoit la livraison de 35.000 voitures. Le Model S sera disponible en Chine à partir du mois prochain, ce qui doit donner une nouvelle impulsion aux ventes. En raison des contraintes logistiques imposées par l'expédition de voitures de l'usine en Californie vers le reste du monde, les chiffres de production ne sont d'ailleurs pas totalement en phase avec ceux des livraisons. Ainsi, seuls 6.400 des 7400 véhicules électriques qui sortiront des chaînes de montage seront vendus ce trimestre, soit 500 de moins que prévu. Tesla était encore dans le rouge au 4e trimestre, même si la perte nette s'est réduite à 16,3 millions USD. Le groupe aurait même enregistré un léger bénéfice sans tenir compte des frais liés à l'émission d'options. La perte nette pour 2013 s'est établie à 74 millions USD, contre près de 400 millions USD en 2012. L'augmentation du chiffre d'affaires (CA) est impressionnante, avec une ascension à 2,01 milliards USD contre 413,3 millions USD un an plus tôt. Tesla produit actuellement 600 véhicules par semaine, et compte atteindre 1000 exemplaires par semaine d'ici à la fin de l'année. Cette capacité de production relativement limitée est le talon d'Achille du groupe. Sans devoir nécessairement devenir un constructeur de masse, une augmentation des volumes est impérative pour accroître les bénéfices à terme. Le goulot d'étranglement se situe surtout au niveau de la production de batteries. Il est indispensable de l'accélérer, mais aussi d'en réduire le coût. C'est pourquoi Tesla a l'intention de se lancer elle-même dans la production de batteries. Panasonic, actionnaire de Tesla et fournisseur des cellules lithium-ion, est cité comme partenaire important de ce projet. Tesla souhaite mettre sur pied, dans les trois ans, une usine capable d'approvisionner non seulement sa propre production de voitures, mais aussi d'autres industries. Avec cette nouvelle activité, le groupe pourrait même devenir à terme un acteur important dans le stockage de l'énergie, même s'il ne s'agit encore que de (lointains) projets.ConclusionL'action Tesla est portée par l'euphorie et le cours ne semble pas connaître de limites. Les objections, notamment concernant la valorisation, ne comptent plus. Une seule conclusion à tirer dans un pareil cas : prendre ses bénéfices avant que la bulle n'éclate !Conseil: vendreRisque: élevéRating: 5C