Une semaine avant la publication de ses résultats annuels, le groupe alimentaire Ter Beke a annoncé le déréférencement temporaire de ses produits chez l'un de ses clients, une chaîne de supermarchés (laquelle représente 6% de ses ventes) qui souhaitait réduire les prix d'achat. Piet Sanders, CEO du groupe depuis octobre 2021, refuse de céder. A son estime, les concurrents ne pourront s'aligner, vu le manque global de capacités. Le cours de l'action a toutefois plongé à la nouvelle. Par rapport à début janvier, il a perdu 10%.
...

Une semaine avant la publication de ses résultats annuels, le groupe alimentaire Ter Beke a annoncé le déréférencement temporaire de ses produits chez l'un de ses clients, une chaîne de supermarchés (laquelle représente 6% de ses ventes) qui souhaitait réduire les prix d'achat. Piet Sanders, CEO du groupe depuis octobre 2021, refuse de céder. A son estime, les concurrents ne pourront s'aligner, vu le manque global de capacités. Le cours de l'action a toutefois plongé à la nouvelle. Par rapport à début janvier, il a perdu 10%.Le rapport annuel de Ter Beke est toutefois excellent. Le chiffre d'affaires (CA) a diminué de 3% en un an, mais le cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) a augmenté de 16% et le bénéfice opérationnel (Ebit), de 55%. Le cash-flow disponible a gonflé de 10%. En outre, le ratio d'endettement (dette nette/Ebitda) a diminué à 1,6 grâce à la hausse de l'Ebitda et à la progression du fonds de roulement.Le CA de la division des Viandes transformées a fléchi de 5% en raison de la résiliation de contrats non rentables, mais l'Ebitda a progressé de 59%. Malgré la crise sanitaire, les ventes de la division des Plats cuisinés sont restées stables. La filiale britannique KK Fine Foods, qui cible les restaurants, a limité la perte de CA en se diversifiant dans la vente au détail. Ter Beke doit également faire face à la hausse des coûts des matières premières et de l'énergie. La direction a expliqué aux analystes, lors de la dernière conférence en date, qu'elle tente, dans la mesure du possible, de répercuter sur ses clients les hausses de prix faramineuses, notamment, de l'aluminium et du plastique (emballages), du fromage et des produits bovins. Marquée par l'inflation et les difficultés d'approvisionnement, 2022 sera une année de transition. En octobre 2021, Ter Beke a annoncé acquérir Imperial Stegeman (IS), les activités belgo-néerlandaises du groupe alimentaire mexicain Sigma Alimentos. Sous réserve de l'approbation de l'autorité de la concurrence, la transaction devrait être finalisée au deuxième trimestre. Ter Beke a fait appel à un consultant externe pour piloter l'intégration; cette charge exceptionnelle (de plusieurs millions d'euros) devrait être amortie par l'accélération des synergies. Les deux entreprises sont complémentaires: Ter Beke automatise le traitement de produits carnés vendus sous marques de distributeur, IS est bien positionnée en matière de snacks, d'alternatives hybrides et végétariennes, et possède ses propres marques. Ter Beke va donc étoffer sa gamme de produits, et voir ses marges bénéficiaires progresser. La direction de Ter Beke travaille aussi sur sa stratégie. Elle entend doper la croissance du groupe en proposant de nouvelles marques, mais aussi des produits hybrides ou 100% végétariens, et en se développant davantage à l'étranger. Elle proposera un nouveau plan au conseil d'administration en juillet, qu'elle dévoilera fin août. Le CEO souhaite également innover en matière de culture d'entreprise et améliorer la communication de Ter Beke. Sur les plans opérationnel et financier, Ter Beke se remet des déconvenues accumulées au cours des deux exercices précédents. Le marché, cependant, semble ne se concentrer que sur les mauvaises nouvelles (dont le récent différend avec un client important). L'action s'échange dès lors à un prix attrayant: à 4 à 5 fois le ratio valeur de l'entreprise (EV/Ebitda) et à un rendement du cash-flow disponible (cash-flow disponible/capitalisation boursière) de 16%. Notre conseil reste positif.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 108 eurosTicker: TERB BBCode ISIN: BE0003573814Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 193,8 millions EURC/B 2021: 26C/B attendu 2022: 25Perf. cours sur 12 mois: +6%Perf.de cours depuis le 01/01: -9%Rendement du dividende: 3,7%