C'est après avoir présenté les bons résultats de l'exercice annuel 2020 que Marc Grynberg (photo ci-dessus), patron d'Umicore depuis 2008, a créé la surprise: "C'est un bon moment pour quitter la tête de l'entreprise", a-t-il dit. Le CEO a su faire d'Umicore un leader dans le secteur des matériaux pour la mobilité propre. Depuis son arrivée, la capitalisation boursière d'Umicore a été multipliée par sept et l'an passé, l'entreprise a réalisé le plus gros bénéfice récurrent de son histoire. Comme il l'a très bien résumé, son successeur, encore à trouver, aura toutes les cartes en main pour accélérer la création de valeur, puisque "Umicore est bien placée pour tirer parti d'un certain nombre de mégatendances, telles que l'électrification du parc automobil...

C'est après avoir présenté les bons résultats de l'exercice annuel 2020 que Marc Grynberg (photo ci-dessus), patron d'Umicore depuis 2008, a créé la surprise: "C'est un bon moment pour quitter la tête de l'entreprise", a-t-il dit. Le CEO a su faire d'Umicore un leader dans le secteur des matériaux pour la mobilité propre. Depuis son arrivée, la capitalisation boursière d'Umicore a été multipliée par sept et l'an passé, l'entreprise a réalisé le plus gros bénéfice récurrent de son histoire. Comme il l'a très bien résumé, son successeur, encore à trouver, aura toutes les cartes en main pour accélérer la création de valeur, puisque "Umicore est bien placée pour tirer parti d'un certain nombre de mégatendances, telles que l'électrification du parc automobile, la course à la réduction des émissions et le développement d'une économie circulaire".La forte volatilité de l'action en 2020 a montré que les investisseurs ont tantôt saisi le potentiel de l'entreprise, tantôt été craintifs. Aujourd'hui, ils reprennent espoir: les ventes de voitures se reprennent, la voiture électrique semble continuer à percer et les prix des métaux ont atteint des niveaux records. En conséquence, la valorisation est plutôt tendue, avec des ratios cours/bénéfice de 30 et valeur de l'entreprise/cash-flow opérationnel de 15 escomptés pour 2021.Bien que son bénéfice opérationnel ait reculé à 75 millions d'euros en raison de la surcapacité en Chine, qui pousse les prix vers le bas et entraîne une sous-utilisation, coûteuse, des capacités, l'activité la plus prometteuse demeure la production de matériaux cathodiques pour les batteries de voitures électriques. A plus long terme, la tendance lui est favorable. La Chine et l'Union européenne ambitionnent d'accélérer l'électrification du parc automobile. Les constructeurs européens projettent de proposer une gamme entièrement électrique d'ici à 2035. Umicore pourrait solliciter son usine polonaise de matériaux cathodiques à partir de 2022 et envisage d'investir dans son expansion. "La demande européenne sera soutenue, mais il s'agira pour Umicore d'investir prudemment. Il est difficile, dans un marché en pleine croissance, de faire correspondre l'offre et la demande", a prévenu le CEO.Si l'entreprise a publié de bons chiffres annuels en 2020, c'est surtout grâce à son activité de recyclage, qui a bénéficié de la hausse des cours de certains métaux. Le bénéfice opérationnel récurrent de la division a doublé l'année dernière, et devrait progresser davantage encore en 2021 car les prix des métaux poursuivent leur ascension. En 2020, la division a revendiqué 61% du bénéfice opérationnel consolidé, celle des batteries, 13% seulement. Quant aux pots catalytiques, ils se sont nettement moins bien vendus au printemps, mais la division a publié des chiffres annuels stables car l'automne a été marqué par une reprise des ventes de véhicules, et même un accroissement de la part de marché d'Umicore, entre autres grâce aux bonnes performances des solutions pour moteurs à essence sur les marchés chinois et européen. Pour 2021, Umicore pronostique une appréciation significative du bénéfice opérationnel.Umicore a conclu une année riche en événements sur un bénéfice opérationnel récurrent record. Les investisseurs sont à présent confiants, à en juger par le ratio cours/bénéfice attendu pour cette année. Ils devront toutefois se montrer patients, puisque les matériaux pour batteries ne dégageront plus de bénéfices qu'à plus long terme. Notre recommandation est inchangée. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 48,3 eurosTicker: UMI BBCode ISIN: BE0974320526Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 11,8 milliards EURC/B 2020: 28C/B attendu 2021: 30Perf. cours sur 12 mois: +7%Perf. cours depuis le 01/01: +23%Rendement du dividende: 1,7%