La correction de l'été dernier, consécutive à la décision de ne pas verser de dividende supplémentaire et de ne pas procéder à une nouvelle réduction de capital, fut de courte durée. Les investisseurs estiment qu'il ne s'agit que d'un simple report. Mais la publication des résultats trimestriels et annuels n'a pas apporté de clarification. Le conseil d'administration ne prendra de décision que plus tard dans l'année. Pour l'instant, les investisseurs doivent se contenter d'un programme de rachat d'actions propres d'un montant de 50 millions EUR. Au cours actuel, cela représente moins de 1 des 117 millions d'actions en circulation. Théoriquement, Telenet dispose de plus de 1 milliard EUR si l'entrepris...

La correction de l'été dernier, consécutive à la décision de ne pas verser de dividende supplémentaire et de ne pas procéder à une nouvelle réduction de capital, fut de courte durée. Les investisseurs estiment qu'il ne s'agit que d'un simple report. Mais la publication des résultats trimestriels et annuels n'a pas apporté de clarification. Le conseil d'administration ne prendra de décision que plus tard dans l'année. Pour l'instant, les investisseurs doivent se contenter d'un programme de rachat d'actions propres d'un montant de 50 millions EUR. Au cours actuel, cela représente moins de 1 des 117 millions d'actions en circulation. Théoriquement, Telenet dispose de plus de 1 milliard EUR si l'entreprise relève le taux d'endettement à 4,5 fois les cash-flows opérationnels ajustés (EBITDA). A la fin de l'an dernier, le taux d'endettement s'établissait à 3,7. Les dettes ont d'ailleurs été refinancées l'an dernier pour profiter des faibles taux d'intérêt. Elles se composent aujourd'hui de 46% d'engagements à taux fixe et de 54% d'engagements à taux variable. Telenet s'est déjà couvert contre une hausse des taux à l'aide d'instruments financiers. Les intentions de Liberty Global, la maison mère américaine, concernant Telenet restent floues. Les rachats d'actions propres prévus vont légèrement accroître la participation du holding de câblo-opérateurs à près de 58%. Il est possible qu'une nouvelle offre soit lancée sur toutes les actions encore en circulation ou qu'une nouvelle acquisition soit en gestation. Sur l'exercice 2014, Telenet a enregistré des cash-flows libres de 235,3 millions EUR, en hausse de 11% par rapport à l'exercice précédent. Ces cash-flows libres vont encore augmenter en 2015 pour atteindre 240 à 250 millions EUR. Sur le plan opérationnel, les résultats du 4e trimestre et les chiffres annuels sont largement conformes aux attentes. Au 4e trimestre, le chiffre d'affaires (CA) a gagné 4,4%, à 436 millions EUR. Sur base annuelle, la progression s'établit à 4%, à près de 1,71 milliard EUR. L'EBITDA a grossi de 3% à 212,6 millions EUR entre octobre et décembre. La hausse est encore un peu plus marquée sur l'ensemble de l'exercice : 7,7% à 900 millions EUR. La marge atteint ainsi 52,7%. En raison des efforts marketing supplémentaires du concurrent Proximus, le nombre de nouveaux clients est resté légèrement en deçà des attentes. Telenet a cependant enregistré une belle croissance de 6% à 1,58 million de clients dans la télévision numérique. L'entreprise compte également 1,53 million des clients dans l'Internet haut débit, en hausse de 4% par rapport à l'année précédente. Au 4e trimestre, le revenu moyen par utilisateur (ARPU) a progressé de 3,3% sur base annuelle, à 50,3 EUR. Sur l'ensemble de l'année 2014, l'ARPU s'est établi à 49,8 EUR, contre 47,6 EUR il y a un an. Telenet a procédé à une augmentation de tarif de 4 à 5% sur ses différentes formules en janvier. Elle aura un effet favorable sur le CA dès le trimestre en cours. Pour l'exercice en cours, on table sur une hausse du CA de 4 à 5%, alors que l'EBITDA progressera d'environ 4%. Les besoins d'investissements vont à nouveau baisser à partir de l'an prochain, ce qui permettra une croissance plus rapide de l'EBITDA. Conclusion L'incertitude qui entoure la future politique de distribution des bénéfices persiste et les rachats d'actions propres annoncés sont un emplâtre sur une jambe de bois. De plus, Telenet est plus chère que ses concurrentes, ce que rien ne justifie fondamentalement.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B