Le groupe a légèrement déçu les attentes, au 3e trimestre. Son chiffre d'affaires (CA) s'est élevé à 640,6 millions d'euros, en hausse de 0,4%, alors que le consensus visait une croissance de 1%. Mais si le nombre de nouveaux abonnés à la téléphonie mobile est lui aussi un brin inférieur aux attentes, le nombre d'abonnés au haut débit y est, lui, légèrement supérieur. La rentabilité est également inférieure aux prévisions, le cash-flow opérationnel (Ebitda) ajusté ne s'étant élevé qu'à 338,4 millions d'euros (344,7 millions d'euros pronostiqués). Le cash-flow disponible s'est pour sa part élevé à 111,6 millions d'euros, au-dessus des attentes (109 millions d'euros).
...

Le groupe a légèrement déçu les attentes, au 3e trimestre. Son chiffre d'affaires (CA) s'est élevé à 640,6 millions d'euros, en hausse de 0,4%, alors que le consensus visait une croissance de 1%. Mais si le nombre de nouveaux abonnés à la téléphonie mobile est lui aussi un brin inférieur aux attentes, le nombre d'abonnés au haut débit y est, lui, légèrement supérieur. La rentabilité est également inférieure aux prévisions, le cash-flow opérationnel (Ebitda) ajusté ne s'étant élevé qu'à 338,4 millions d'euros (344,7 millions d'euros pronostiqués). Le cash-flow disponible s'est pour sa part élevé à 111,6 millions d'euros, au-dessus des attentes (109 millions d'euros).Pour renouer avec la croissance, Telenet se creuse les méninges. L'an dernier déjà, le groupe et Fluvius avaient entamé des discussions sur un éventuel partenariat pour le déploiement de la technologie FTTH en Flandre. Fin octobre 2021, ils ont conclu un accord non contraignant pour y créer un réseau hybride (HFC), le "réseau de données du futur", qui serait ouvert et accessible à tous. A cet effet, ils apporteraient dans une nouvelle société d'infrastructure indépendante et autofinancée - judicieux, car les coûts ne figureront donc pas dans le bilan de Telenet, dont la dette nette dépasse tout de même les 5,5 milliards d'euros, soit environ 3,9 fois l'Ebitda -, leurs actifs existants en câble coaxial et en fibre optique et, par la suite, les nouvelles infrastructures de fibre optique, encore à développer. Proximus a signé un partenariat similaire (création d'un réseau fibre en Flandre) à la fin de l'an passé. Grâce au contrat de location à long terme qu'il a conclu avec Fluvius, Telenet peut utiliser l'actuel réseau du gestionnaire de réseau gaz et électricité flamand, qui couvre deux tiers de la Flandre, jusqu'en 2046.La signature conjointe d'une lettre d'intention est certes encourageante, mais il faudra patienter jusqu'à l'année prochaine, lorsque l'accord deviendra contraignant, pour avoir les réponses aux nombreuses questions qu'il suscite. Par exemple, si le réseau actuel est séparé des services actuels (câble) et futurs (fibre optique), comment cela se traduira-t-il dans la structure de la co-entreprise (quelle part pour chacun, quelles conditions?).Deuxième piste pour renouer avec la croissance: la vente d'antennes-relais. A l'instar de plusieurs opérateurs européens, Telenet envisage de se défaire de ses pylônes. Il en compte plus de 2.000, dont l'exploitation génère un rendement stable. L'ensemble vaudrait 500 à 600 millions d'euros. Mais le groupe ne prendra sa décision définitive qu'à l'issue, notamment, de la vente du câblo-opérateur wallon Voo.Telenet versera un dividende intercalaire de 1,375 euro brut par action, soit une dépense de 150,4 millions d'euros. Le dividende annuel s'élève à 2,75 euros; vu le cours actuel de l'action, le rendement est très intéressant. Le groupe a également annoncé qu'il rachèterait, pour 45 millions d'euros au maximum, jusqu'à 1,1 million des actions en circulation. Il annonce désormais pour 2021 une croissance de l'Ebitda dans le haut de la fourchette de +1 à +2%.Il demeure certes des incertitudes, mais le groupe a franchi avec Fluvius une étape importante dans la réalisation d'un réseau porteur de croissance. Une fois la vente de Voo bouclée, le sentiment des investisseurs à l'égard de Telenet devrait s'améliorer. A 6,6 fois l'Ebitda attendu, l'action se négocie légèrement sous la moyenne du secteur, alors que son rendement est nettement supérieur. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 31,54 eurosMarché: Euronext BruxellesCode ISIN: BE0003826436Ticker: TNET BBCapit. boursière: 3,6 milliards EURC/B 2020: 11C/B attendu 2021: 9,5Perf. cours sur 12 mois: -2%Perf. cours depuis le 01/01: -10%Rendement du dividende: 8,7%