TechnipFMC est né de la fusion entre le groupe français Technip et le groupe américain FMC Technologies. Il est coté depuis janvier 2017 à la fois sur Euronext Paris et le New York Stock Exchange. Alors que le cours du titre s'était apprécié de 10% au lendemain de la publication des chiffres du deuxième trimestre, la réaction du marché, lorsqu'il a pris connaissance des résultats du troisième trimestre, moins impressionnants, peut être qualifiée de mitigée. Le groupe se porte à n'en point douter toujours bien mieux qu'en 2014, lorsque le secteur des services parapétroliers s'était effondré: sa capitalisation boursière dépasse pour l'heure les 10 milliards d'euros, son chiffre d'affaires (CA) s'établissait à 15 milliards de dollars (environ 12 milliards...

TechnipFMC est né de la fusion entre le groupe français Technip et le groupe américain FMC Technologies. Il est coté depuis janvier 2017 à la fois sur Euronext Paris et le New York Stock Exchange. Alors que le cours du titre s'était apprécié de 10% au lendemain de la publication des chiffres du deuxième trimestre, la réaction du marché, lorsqu'il a pris connaissance des résultats du troisième trimestre, moins impressionnants, peut être qualifiée de mitigée. Le groupe se porte à n'en point douter toujours bien mieux qu'en 2014, lorsque le secteur des services parapétroliers s'était effondré: sa capitalisation boursière dépasse pour l'heure les 10 milliards d'euros, son chiffre d'affaires (CA) s'établissait à 15 milliards de dollars (environ 12 milliards d'euros) en 2017 et son carnet de commandes vaut plus de 15 milliards de dollars. Ainsi est-il, par le chiffre d'affaires, le numéro 4 (coté en Bourse) de son secteur. Depuis la fusion, le groupe a réalisé non moins de 400 millions d'économies d'échelle, qui passeront à 450 millions à compter de 2019. Désormais, TechnipFMC est actif dans 48 pays. Presque toutes les majors pétrolières et gazières - parmi lesquelles, Exxon Mobil, Total, BP, Petrobras - en sont les clientes. A la division Onshore/Offshore de Technip, axée moins sur les activités de liquéfaction du gaz naturel et de traitement du gaz de schiste que sur l'installation de plateformes de forage au large des côtes, FMC n'a rien ajouté. Mais FMC a étoffé, avec ses systèmes de production et ses services, la division Subsea, qui se concentrait avant tout sur les conduites de raccordement flexibles. Subsea est beaucoup plus rentable que Offshore/Onshore. FMC a par ailleurs apporté Surface, sa division spécialisée dans le forage et la gestion des sources énergétiques. Sa part dans le CA du groupe est la plus modeste, cependant. Durant le troisième trimestre, le CA de TechnipFMC s'est contracté de 24% en glissement annuel, à 3,14 milliards de dollars (prévisions moyennes des analystes: 3,22 milliards). Onshore/Offshore a produit 1,53 milliard, Subsea 1,21 milliard et Surface 0,40 milliard du CA. Les cash-flows opérationnels ajustés (Ebitda) ont reculé plus lentement que le CA (de 24,8%, à 430,5 millions de dollars), ce qui reflète une hausse de la marge d'Ebitda, de 12,9 à 13,7%, en un an. La marge bénéficiaire s'est encore effritée (de 17,6 à 15,6%) dans la division Subsea, a bien progressé dans la division Onshore/Offshore (de 10,6 à 14,8%) et accuse un repli dans la division Surface (de 20,1 à 18%). L'évolution du nombre de nouvelles commandes demeure satisfaisante: le groupe en a enregistré pour une valeur de 3,6 milliards de dollars, qui correspond à 1,15 fois le CA produit sur le trimestre. Le carnet de commandes s'est ainsi hissé à 15,2 milliards de dollars (6,3 milliards pour Subsea, 8,4 milliards pour Onshore/Offshore et 0,5 milliard pour Surface). Comme c'est le cas chez Schlumberger, le revirement est bien plus lent que le marché n'attendait. L'on constate enfin une amélioration, très modeste, des marges de TechnipFMC. L'action s'éloigne un peu plus de son niveau plancher. Grâce à Subsea, son pilier, TechnipFMC est selon nous l'un des meilleurs prestataires de services pétroliers. Cependant, le contexte actuel - correction des Bourses - limite le potentiel d'appréciation de son cours en 2019. Pour cette raison, nous allégeons progressivement la position, en portefeuille modèle. Peut-être, l'année prochaine, pourrons-nous la reconstituer. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 22,85 eurosTicker : FTI FPCode ISIN : GB00BDSFG982Marché : Euronext ParisCapit. boursière : 10,36 milliards EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : 20Perf. cours sur 12 mois : +4%Perf. cours depuis le 01/01 : -12%Rendement du dividende : 2%