Après le redressement des derniers mois, les résultats semestriels de l'exercice 2019-2020 (clôture le 29/02/2020) de Südzucker ont provoqué une correction de son action, car les investisseurs avaient espéré une révision à la hausse des prévisions annuelles. Le cours du sucre semble avoir atteint un étiage (certains analystes prévoient une hausse d'au moins 30% pour 2020), mais la production sera inférieure aux premières estimations. Entre mars et août 2019, le chiffre d'affaires (CA) a reculé de 4,6% (de 3,47 à 3,31 milliards d'euros), dans le prolongement du repli de l'exercice passé, principalement sous l'effet de la forte baisse du CA dans le segment d...

Après le redressement des derniers mois, les résultats semestriels de l'exercice 2019-2020 (clôture le 29/02/2020) de Südzucker ont provoqué une correction de son action, car les investisseurs avaient espéré une révision à la hausse des prévisions annuelles. Le cours du sucre semble avoir atteint un étiage (certains analystes prévoient une hausse d'au moins 30% pour 2020), mais la production sera inférieure aux premières estimations. Entre mars et août 2019, le chiffre d'affaires (CA) a reculé de 4,6% (de 3,47 à 3,31 milliards d'euros), dans le prolongement du repli de l'exercice passé, principalement sous l'effet de la forte baisse du CA dans le segment du sucre (de 1,39 à 1,12 milliard d'euros, soit -19%). La superficie plantée s'est réduite de 10%, et malgré des conditions de culture légèrement meilleures à celles qui prévalaient l'an dernier, la production a diminué. Contrôlé depuis toujours par une coopérative de quelque 30.000 cultivateurs (qui détiennent 56% des actions), Südzucker est le premier producteur de sucre d'Europe, avec 36 millions de tonnes de betteraves transformées par an. Depuis 10 ans, le groupe s'est diversifié dans le bioéthanol (via la filiale cotée en Bourse Crop Energies, l'un des leaders européens du secteur), les préparations à base de fruits (n°1 mondial), les concentrés de fruits (n°1 en Europe) et les spécialités (notamment n°1 en Europe dans les pizzas surgelées). Ce dernier segment, dont le CA a augmenté de 1,125 à 1,192 milliard d'euros, a permis de rattraper 67 des 268 millions d'euros de CA perdus dans les activités relatives au sucre et a fourni la plus importante contribution au CA du groupe. Le bénéfice d'exploitation (Ebit) a reculé de près de 47% (de 139 à 74 millions d'euros) en raison d'une contribution négative de 93 millions d'euros (contre encore +3 millions au même trimestre de l'exercice passé) du segment du sucre, malgré la compensation partielle de Crop Energies, dont l'Ebit a bondi de 14 à 44 millions d'euros. La division Spécialités a également réussi à traduire la hausse de son CA par une augmentation de l'Ebit (de 75 à 87 millions d'euros). La direction a confirmé ses prévisions précédentes pour l'exercice courant, avec un CA compris entre 6,7 et 7 milliards d'euros, comparable à celui de l'exercice passé. Pour l'Ebit, Südzucker table sur une fourchette d'à peine 0 à 100 millions d'euros, rien de mieux que l'an dernier, en raison toujours d'un cours du sucre historiquement bas et d'une diminution de la production. La contribution du segment du sucre à l'Ebit du groupe fluctuera entre -200 et -300 millions d'euros. Le redressement de l'action reste chaotique parce que le marché attend avec impatience une révision à la hausse des prévisions pour l'exercice en cours - et exprime sa déception en vendant. La cotation sous la valeur comptable (plus de 14 euros par action) offre un certain potentiel de redressement sur plusieurs années. Les corrections consécutives à la publication des résultats restent des opportunités d'achat (rating 1B). Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 12,48 eurosTicker: SZU GRCode ISIN: DE0007297004Marché: FrancfortCapit. boursière: 2,55 milliards EURC/B 2018-2019: -C/B attendu 2019-2020: -Perf. cours sur 12 mois: -1%Perf. cours depuis le 01/01: +10% Rendement du dividende: 1,6%