Les chiffres du premier trimestre de l'exercice 2019-2020 (qui s'achèvera le 29 février 2020) de Südzucker n'ont pas apporté de surprise. Le groupe n'a pas revu à la hausse ses perspectives annuelles. Déçus, les investisseurs ont fait reculer le titre, qui avait bien progressé ces derniers mois. Les dégâts sont cependant limités. De nombreux analystes estiment que le sucre a atteint un étiage et tablent sur une envolée d'au moins 30% de son cours d'ici 2020. La rentabilité a été très mauvaise sur l'exercice 2018-2019 (clos le 28 février). Le chiffre d'affaires (CA) a reculé de 3,3% entre 2017-2018 et 2018-2019 (de 6,983 à 6,754 milliards d'euros). Le résultat opérationnel (Ebit) a pour sa part plongé de 94%, à 27 millions d'euros (marge d'Ebit de ...

Les chiffres du premier trimestre de l'exercice 2019-2020 (qui s'achèvera le 29 février 2020) de Südzucker n'ont pas apporté de surprise. Le groupe n'a pas revu à la hausse ses perspectives annuelles. Déçus, les investisseurs ont fait reculer le titre, qui avait bien progressé ces derniers mois. Les dégâts sont cependant limités. De nombreux analystes estiment que le sucre a atteint un étiage et tablent sur une envolée d'au moins 30% de son cours d'ici 2020. La rentabilité a été très mauvaise sur l'exercice 2018-2019 (clos le 28 février). Le chiffre d'affaires (CA) a reculé de 3,3% entre 2017-2018 et 2018-2019 (de 6,983 à 6,754 milliards d'euros). Le résultat opérationnel (Ebit) a pour sa part plongé de 94%, à 27 millions d'euros (marge d'Ebit de 0,4%); au second semestre, il s'est inscrit à l'encre rouge. Le cash-flow opérationnel (Ebitda) est ressorti à 353 millions d'euros, soit 53% de moins qu'en 2017-2018 (758 millions d'euros). Un amortissement et des frais de restructuration supplémentaires ont aussi pesé sur le résultat, entraînant une perte nette de 761 millions d'euros, contre 467 millions d'euros de bénéfice l'année précédente. Le dividende a été abaissé de 0,45 à 0,20 euro par action. Sur le premier trimestre de l'exercice (mars-mai), le CA s'est contracté de 3,5% (de 1,74 à 1,68 milliard d'euros) - un repli similaire avait été enregistré à la même période un an plus tôt -, imputable surtout au recul marqué des ventes de sucre (de 695 à 581 millions d'euros, ou -16,4%). Notons que 10% d'hectares de moins ont été cultivés. Premier producteur européen de sucre, avec 36 millions de tonnes de betteraves transformées par an, Südzucker est contrôlé depuis sa création par une coopérative d'environ 30.000 producteurs de betteraves sucrières (56% des actions). Au cours de la décennie écoulée, le groupe s'est diversifié dans le bioéthanol (par le biais de sa filiale cotée en Bourse Crop Energies, l'un des leaders du secteur en Europe), les préparations à base de fruits (numéro 1 mondial), les fruits concentrés (numéro 1 européen) et les spécialités (numéro 1 européen dans les pizzas surgelées, notamment). Cette dernière division, qui a vu son CA passer de 558 à 602 millions d'euros, a compensé 44 des 114 millions d'euros de CA perdu par le segment Sucre et contribue désormais le plus largement aux ventes du groupe. S'agissant de l'Ebit, le segment Sucre a fait état d'une perte de 36 millions d'euros (contre encore +8 millions au même trimestre l'an dernier), Crop Energies, en revanche, d'une nette hausse (de +5 millions à +15 millions d'euros), tout comme la division Spécialités (de +39 millions à +46 millions d'euros). La direction a confirmé ses prévisions pour l'exercice 2019-2020. Le CA sera compris entre 6,7 et 7 milliards d'euros, comme à l'exercice précédent. Toujours faible, l'Ebit devrait se situer entre 0 et 100 millions d'euros, soit une légère hausse par rapport à l'an dernier; le segment Sucre devrait afficher une perte opérationnelle comprise entre 200 et 300 millions d'euros (-239 millions d'euros en 2017-2018). Le faible prix du sucre pèse considérablement sur l'exercice courant. Le titre Südzucker n'a néanmoins pas trop souffert ces derniers mois. Sa cotation à sa valeur comptable lui offre encore un certain potentiel haussier sur plusieurs années. Ce redressement sera pour sûr émaillé de pauses, plus ou moins longues selon le contexte boursier général; les accès de faiblesse pourront être mis à profit pour acquérir le titre. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 15,66 eurosTicker: SZU GRCode ISIN: DE0007297004Marché: FrancfortCapit. boursière: 3,14 milliards EURC/B 2018-2019: -C/B attendu 2019-2020: -Perf. cours sur 12 mois: +36%Perf. cours depuis le 01/01: +39% Rendement du dividende: 1,3%