Avec une capitalisation boursière de 582 milliards NOK, le producteur norvégien de gaz et de pétrole n'a pas l'envergure des Exxon Mobil, BP, Chevron, Total et autres Shell. Mais il n'en affiche pas moins un rendement net supérieur sur ces dix dernières années : 13%, contre 10,1% pour le groupe de référence. Statoil, qui se concentre désormais dans les activités upstream (exploration et production), n'échappe pas à la pression haussière sur les coûts et à la baisse de la rentabilité qui en résulte en cas de stabilisation des cours du pétrole. Les résultats 2013 n'étaient pas brillants : un bénéfice net apuré de 14,53 NOK par action, contre 17,3 NOK par action en 2012 (-16%). La production avait baissé de 2,004 millions de barils par ...