South32 est un spécialiste des matières premières qui est né cette année après la scission d'une partie des activités de BHP Billiton. Le nom est une référence au méridien qui traverse l'Australie, l'Afrique du Sud et l'Amérique du Sud, trois continents sur lequel le groupe est actif. South32 gère 11 actifs opérationnels et plusieurs participations. L'aluminium représente environ 30% du chiffre d'affaires (CA) de l'exercice 2015. Il s'agit de mines de bauxite et de raffinerie en Australie, et d'une usine de fonte en Afrique du Sud. Le charbon (également en Australie et en Afrique du Sud) s'adjuge environ un quart du CA du groupe. En outre, South32 est aussi le plus grand acteur au monde dans le minerai de manganèse. Le ma...

South32 est un spécialiste des matières premières qui est né cette année après la scission d'une partie des activités de BHP Billiton. Le nom est une référence au méridien qui traverse l'Australie, l'Afrique du Sud et l'Amérique du Sud, trois continents sur lequel le groupe est actif. South32 gère 11 actifs opérationnels et plusieurs participations. L'aluminium représente environ 30% du chiffre d'affaires (CA) de l'exercice 2015. Il s'agit de mines de bauxite et de raffinerie en Australie, et d'une usine de fonte en Afrique du Sud. Le charbon (également en Australie et en Afrique du Sud) s'adjuge environ un quart du CA du groupe. En outre, South32 est aussi le plus grand acteur au monde dans le minerai de manganèse. Le manganèse est surtout utilisé dans les alliages avec plusieurs types d'acier. South32 gère la plus grande mine d'argent au monde (Cannington en Australie) qui produit également du plomb et du zinc. En Colombie, le groupe a également une usine de production de ferronickel. Dans le cadre de l'introduction en Bourse, BHP Billiton s'est vu proposer 10 milliards USD pour les activités de South32. Cette offre n'a pas été acceptée et BHP a décidé de poursuivre la scission parce que la valeur de marché combinée des actifs a été estimée entre 12 et 13 milliards USD. Lors de l'introduction à proprement parler en mai, South32 s'est vu attribuer une valeur boursière de 9 milliards USD et compte tenu des agitations autour des matières premières, celle-ci est entre-temps revenue à un peu plus de 5 milliards USD. Ces dernières années, les actifs ont été traités en parents pauvres sous la gestion de BHP, ce qui suppose qu'il reste une marge importante pour des améliorations d'efficacité. C'est d'ailleurs la tâche à laquelle la direction de South32 compte s'atteler à présent. Tout est placé sous le signe des économies de coûts et des réductions d'investissements. Les activités de South32 ont généré, sur la période de 12 mois clôturée fin juin, un CA de 7,75 milliards USD. Le bénéfice sous-jacent, à 575 millions USD, est certes de 41% supérieur à celui d'il y a un an, mais il n'en demeure pas moins inférieur au consensus (700 millions USD). Le bénéfice opérationnel, à 1 milliard USD, est près de 350 millions USD supérieur à celui affiché un an plus tôt. Le bénéfice net a stagné à 28 millions USD à peine, contre 64 millions USD en 2014. Ceci s'explique par le fait que South32 a dû amortir la valeur comptable des actifs de manganèse et de charbon en Afrique du Sud et en Australie. Le prix du charbon est retombé à un plancher de plusieurs années, et le prix du minerai de manganèse se trouve également à son plus faible niveau en près de 10 ans. Entre aujourd'hui et 2018, South32 espère alléger les coûts annuellement de 350 millions USD. Les dépenses de capitaux devraient être de 10% inférieures cette année, à 700 millions USD. Le groupe a l'intention de verser 40% de son bénéfice sous-jacent sous la forme d'un dividende. A l'exercice précédent, ce n'était pas encore possible car South32 n'était cotée comme entreprise indépendante que depuis quelques semaines. South32 pourra facilement tenir sa promesse de dividende. Sa dette nette s'élève à 402 millions USD à peine, ce qui représente un taux d'endettement de 4%.ConclusionRécemment, South32 a reculé dans le sillage des autres actions du secteur des matières premières. Les résultats annuels démontrent cependant que le groupe est rentable et génère des cash-flows positifs. En outre, les finances saines du groupe sont un atout supplémentaire. Au cours actuel, une première position est largement justifiée.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B