Le fleuron industriel belge a une nouvelle fois été applaudi pour ses résultats trimestriels. Son action n'avait pas été épargnée en mars dernier, quand le marché avait paniqué à l'éclatement de la pandémie, mais elle s'est formidablement redressée depuis (+70% en un an). Ainsi son rendement (évolution du cours + dividendes) sur 10 ans s'améliore-t-il progressivement par rapport à celui de l'indice phare de la Bourse de Bruxelles, qu'il est certes loin d'égaler: le Bel 20 a progressé de 81%, l'action Solvay, d'"à peine" 21%. Et si sur la décennie, le titre Solvay fut l'un des moins performants de l'indice Euro Stoxx 600 Chemicals, ces derniers mois, il s'y redresse.
...

Le fleuron industriel belge a une nouvelle fois été applaudi pour ses résultats trimestriels. Son action n'avait pas été épargnée en mars dernier, quand le marché avait paniqué à l'éclatement de la pandémie, mais elle s'est formidablement redressée depuis (+70% en un an). Ainsi son rendement (évolution du cours + dividendes) sur 10 ans s'améliore-t-il progressivement par rapport à celui de l'indice phare de la Bourse de Bruxelles, qu'il est certes loin d'égaler: le Bel 20 a progressé de 81%, l'action Solvay, d'"à peine" 21%. Et si sur la décennie, le titre Solvay fut l'un des moins performants de l'indice Euro Stoxx 600 Chemicals, ces derniers mois, il s'y redresse.Le groupe a souffert, durant la crise sanitaire, de son exposition au secteur aérien et à celui de l'industrie pétrolière et gazière; il a par exemple acté une dépréciation de près de 1,5 milliard d'euros annoncée fin juin 2020 sur Cytec, spécialiste des matériaux composites légers destinés à l'industrie automobile et aéronautique acheté en 2016. Il ne fait plus aucun doute, depuis lors, que Solvay l'avait acquis trop cher. Heureusement pour les actionnaires, le groupe continue de verser de généreux dividendes.Les résultats du 2e trimestre ont agréablement surpris les analystes. Le chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 13%, de 2,175 à 2,456 milliards d'euros; c'est 3% de plus que le consensus (2,391 milliards d'euros). Si l'on fait abstraction des acquisitions et cessions, la croissance (organique, donc) est même de 20,4%. Chacune des trois divisions a dépassé, de 1 à 4%, les attentes moyennes des analystes. Au 2e trimestre, Solutions, qui inclut Novecare, spécialisé dans les tensioactifs modifiant les caractéristiques des liquides, a vu son CA s'apprécier de 11% (croissance organique: 19%) en un an; la division Matériaux (polymères à forte valeur ajoutée et technologies composites) a fait état d'une hausse de 4% (croissance organique: 12%) de son CA; la division Chimie (l'activité traditionnelle de Solvay) a, elle, fait mieux encore, puisqu'elle a rapporté une augmentation de 25% (croissance organique: 31%) du CA. Le CA cumulé sur les six premiers mois de l'année s'établit à 4,829 milliards d'euros, en hausse de 10,5% en glissement annuel (4,649 milliards, au terme du 1er semestre de 2020); par rapport à celui de 2019, toutefois, il accuse un repli de 2,3%. Le cash-flow opérationnel ajusté (Ebitda) a surpris davantage encore le consensus que ne l'a fait le CA, au 2e trimestre: il est de 6% supérieur à leurs attentes (568 millions d'euros), puisqu'il a grimpé de pas moins de 37% (croissance organique: 47%) en un an, de 439 millions à 602 millions d'euros. Par conséquent, la marge opérationnelle (Ebitda/CA) du 2e trimestre s'est hissée de 20,2% en 2020 à 24,5% cette année, et celle du 1er semestre, de 21,7% l'an passé à 24,5% en 2021. Le bénéfice sous-jacent a atteint 276 millions d'euros au 2e trimestre de 2021, soit environ deux fois mieux que sur la même période l'année dernière.La direction du groupe a relevé l'Ebitda prévisionnel pour l'intégralité de l'exercice en cours de 2,2 milliards à 2,3 milliards d'euros, surprenant, là aussi, le consensus. Elle a également revu à la hausse son pronostic en matière de cash-flow disponible, de 650 millions à 750 millions d'euros. Parce que la croissance est à nouveau au rendez-vous, Ilham Kadri, la CEO de Solvay, a relevé certaines perspectives annuelles. Bien que l'action ait été récompensée à l'annonce des trimestriels, la valorisation demeure raisonnable, à 1,5 fois la valeur comptable et à un cash-flow opérationnel proche de 8 pour 2021. Son cours semble s'être offert une pause ces dernières semaines, ce qui ne nous empêche pas de maintenir notre conseil positif.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 114,10 eurosTicker: SOLB BBCode ISIN: BE0003470755Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 11,91 milliards EURC/B 2020: 24C/B attendu 2021: 16Perf. cours sur 12 mois: +71 %Perf. cours depuis le 01/01: +16 %Rendement du dividende: 3,4 %