Le groupe fondé en 1919 a produit à compter de 1990 de l'huile de palme principalement, et du caoutchouc, du thé et des bananes accessoirement. SIPEF est l'un des rares producteurs à proposer des produits à base d'huile de palme entièrement traçables et certifiés. Cette huile n'a pas bonne presse en Europe, mais sa demande mondiale augmente de 3 à 4% par an. En 2017, le groupe a accéléré sa croissance par le biais d'acquisitions, qu'une augmentation de capital de 89 millions d'euros, soutenue par les actionnaires familiaux, a financées partiellement. Fin 2020, il détenait 83.893 hectares de superficie cultivée, essentiellement en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il vise les 100.000 hectares d'ici à 2030; il produirait a...

Le groupe fondé en 1919 a produit à compter de 1990 de l'huile de palme principalement, et du caoutchouc, du thé et des bananes accessoirement. SIPEF est l'un des rares producteurs à proposer des produits à base d'huile de palme entièrement traçables et certifiés. Cette huile n'a pas bonne presse en Europe, mais sa demande mondiale augmente de 3 à 4% par an. En 2017, le groupe a accéléré sa croissance par le biais d'acquisitions, qu'une augmentation de capital de 89 millions d'euros, soutenue par les actionnaires familiaux, a financées partiellement. Fin 2020, il détenait 83.893 hectares de superficie cultivée, essentiellement en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il vise les 100.000 hectares d'ici à 2030; il produirait alors annuellement 600.000 tonnes d'huile de palme, soit 200.000 tonnes de plus que cette année. 2021 est pour SIPEF un cru inespéré. Il avait mal commencé, car le gouvernement indonésien a augmenté en décembre 2020 la taxe à l'exportation d'huile de palme en vue de financer son programme de biodiesel, mais ensuite les bonnes nouvelles se sont enchaînées. Le groupe a vu la croissance de sa production dépasser ses pronostics trimestre après trimestre; après les neuf premiers mois, elle s'était accrue de 18% en un an. La production mondiale d'huile de palme a été décevante, à l'instar de celle des autres huiles végétales. En conséquence, le cours de l'huile de palme s'est hissé à 1.400 dollars la tonne à l'automne. Fin juin, l'Indonésie a abaissé sa taxe à l'exportation d'huile. Dans sa mise à jour relative au 3e trimestre, SIPEF a dès lors relevé le bénéfice récurrent prévisionnel pour 2021, de 60-70 millions à 80 millions de dollars (en 2020: 14,1 millions). Ce montant ne tient pas compte de la plus-value de 11 millions de dollars qu'il a réalisée sur la cession, en avril, de ses actifs dans le thé et de la moitié de ses actifs dans le caoutchouc. Notons que sa production de bananes est structurellement rentable. A moins que la production du 4e trimestre ne soit catastrophique, SIPEF devrait faire part, en 2022, de résultats de 2021 supérieurs aux attentes. Le dividende brut pourrait donc approcher, sinon dépasser, le niveau record de 1,7 euro par action atteint en 2011 et 2012. Le consensus attend 1,75 dollar brut par action (0,35 euro, en 2021). Comme les stocks d'huile de palme sont à un niveau historiquement faible et que la production de la plupart des autres huiles végétales continue de décevoir, la direction de SIPEF s'attend à ce que l'huile de palme demeure (très) chère jusqu'à la mi-2022 au moins. La croissance de la production devrait cependant être plus modérée en 2022 qu'en 2021. Le marché anticipe un repli du bénéfice net de 83 millions de dollars en 2021 à 57 millions de dollars en 2022. SIPEF pourrait avoir apuré sa dette fin 2022, malgré le relèvement prévu du budget d'investissement. En dépit de sa belle performance à partir du second semestre, l'action demeure trop à la traîne par rapport au marché de l'huile de palme. L'on sait le secteur cyclique, mais la hausse des prix de l'huile est sous-estimée. En outre, les perspectives à moyen terme sont également favorables. A coup sûr, les analystes relèveront leurs estimations de bénéfices pour 2022, après la publication du rapport annuel. Selon nous, le cours de SIPEF peut grimper à 70 euros, un niveau proche des sommets historiques qu'il a atteints en 2011 et 2017. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 56,20 eurosTicker: SIP BBCode ISIN: BE0003898187 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 588,2 millions EURC/B 2021: 7C/B attendu 2022: 10Perf. cours sur 12 mois: +28%Perf. cours depuis le 01/01: +26%Rendement du dividende: 0,6%