Grâce à la croissance sensible de ses ventes, Sioen attire à nouveau l'attention des marchés depuis plusieurs années. L'an dernier, son chiffre d'affaires (CA) s'est accru de non moins de 30,2 % (de 363,4 à 473,1 millions d'euros). Une accélération qui tient, principalement, à la reprise de Manifattura Fontana (géotextiles), de Dimension-Polyant (premier fabricant au monde de bâches et acquisition majeure de Sioen) et de James Dewhurst dans la division Enduction, ainsi que de Verseidag Ballistic Protection et d'Ursuit (combinaisons de plongée professionnelles) dans l'activité Confection. Spécialisé dans les vêtements de protection multirisques de qualité supérieure, Sioen est le seul acteur complètement intégré du secteur. Sa stratégie s'appuie sur une po...

Grâce à la croissance sensible de ses ventes, Sioen attire à nouveau l'attention des marchés depuis plusieurs années. L'an dernier, son chiffre d'affaires (CA) s'est accru de non moins de 30,2 % (de 363,4 à 473,1 millions d'euros). Une accélération qui tient, principalement, à la reprise de Manifattura Fontana (géotextiles), de Dimension-Polyant (premier fabricant au monde de bâches et acquisition majeure de Sioen) et de James Dewhurst dans la division Enduction, ainsi que de Verseidag Ballistic Protection et d'Ursuit (combinaisons de plongée professionnelles) dans l'activité Confection. Spécialisé dans les vêtements de protection multirisques de qualité supérieure, Sioen est le seul acteur complètement intégré du secteur. Sa stratégie s'appuie sur une politique d'innovation et un appareil de production moderne. Sioen s'articule autour de trois activités: Enduction (filature, tissage, enduction) et Confection (de vêtements techniques), précitées, et Produits chimiques (production de pâtes industrielles, de vernis et d'encres).Sur les neuf premiers mois de l'année, le CA de l'entreprise s'est hissé de 354 à 378,6 millions d'euros, soit 7 %, dont 2,2 % de croissance organique et 4,8 % de croissance par acquisition. L'accélération de la croissance organique au troisième trimestre (+0,4 % à peine, au premier semestre) a réjoui les analystes, qui n'espéraient pas même 1 %. Grâce à l'acquisition de James Dewhurst (entré dans le périmètre de consolidation le 1er juin 2017), la division Enduction affichait au terme des neuf premiers mois de l'exercice une hausse de son CA de 8,8 % en un an (de 223,8 à 243,4 millions d'euros); à données comparables, on note une progression de 1,1% en glissement annuel, sur la période, mais de 3,2 % au troisième trimestre. En léger repli au terme des trimestres précédents, le CA organique de la division a bien progressé de juillet à septembre. La division Produits chimiques n'est pas en reste: la croissance de son CA au cours du premier semestre, de 4,2 % (de 23,2 à 24,2 millions d'euros), fut intégralement organique. Elle a ralenti, toutefois, au troisième trimestre (+1,7 %), si bien qu'après neuf mois, le CA affiche une progression de 3,4 % (de 33,8 à 34,9 millions d'euros). De plus en plus lié à des commandes publiques, le CA de l'activité Confection est très fluctuant. Après trois trimestres, il a gagné 3,9 % en un an (à 100,2 millions d'euros, contre 96,4 au 30 septembre 2017); au troisième trimestre, il a progressé de 9,8 %. Sans surprise, la hausse des cours des matières premières avait affecté la rentabilité de l'entreprise au premier semestre: le cash-flow opérationnel récurrent ne s'est apprécié "que" de 6,9 % (passant de 34,6 à 36,9 millions d'euros), et le bénéfice net s'est hissé de 4,2 % (de 23,5 à 24,5 millions d'euros). A cet égard, les perspectives de la direction pour l'intégralité de l'exercice sont cependant plus favorables que celles émises pour le premier semestre. Le troisième trimestre fut meilleur que les précédents, cette année. Le CA de l'exercice devrait ainsi s'établir au-delà de 500 millions d'euros (consensus: 508 millions). On ignore encore si, malgré la cherté des matières premières, Sioen verra la croissance de ses bénéfices s'accélérer. Alors qu'il accusait un net repli, au début de 2018, son cours s'est redressé. A 15 fois le bénéfice et 8 fois le rapport valeur de l'entreprise/cash-flows opérationnels (Ebitda) escomptés pour 2019, la valorisation ne nous incite pas encore à relever notre conseil. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 24,55 eurosTicker : SIOE BBCode ISIN : BE0003743573Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 486 millions EURC/B 2017 : 18C/B attendu 2018 : 17Perf. cours sur 12 mois : -12 %Perf. cours depuis le 01/01 : -19 %Rendement du dividende : 2,3 %