Au quatrième trimestre, la compagnie pétrolière britannico-néerlandaise a enregistré une performance inférieure aux prévisions. Mais si les marchés ont été néanmoins enthousiastes, c'est en raison de la baisse de son taux d'endettement. Royal Dutch Shell a dégagé un bénéfice ajusté de 1,8 milliard de dollars (USD) - c'est près d'un milliard sous les prévisions. Environ la moitié est imputable à des dépréciations d'actifs et à une facture fiscale plus lourde. Le solde est la conséquence de marges de raffinage plus faibles. Celles-ci se sont réduites du fait de l'augmentation des cours du pétrole au quatrième trimestre et des stocks de produits plus importants. Le pôle Downstream (raffinage, marketing et trading) a vu son béné...