Ces dernières années, Cisco s'est attelé à transformer son modèle d'affaires. S'il vend toujours du hardware (routeurs et commutateurs, notamment), ce n'est plus son activité unique, puisqu'il a ajouté à sa gamme des logiciels, disponibles sur le cloud, et des services connexes. La transition ne s'est pas faite rapidement. Le fournisseur de produits et solutions de mise en réseau a d'ailleurs dû attendre sept trimestres avant de voir son chiffre d'affaires (CA) augmenter à nouveau.
...

Ces dernières années, Cisco s'est attelé à transformer son modèle d'affaires. S'il vend toujours du hardware (routeurs et commutateurs, notamment), ce n'est plus son activité unique, puisqu'il a ajouté à sa gamme des logiciels, disponibles sur le cloud, et des services connexes. La transition ne s'est pas faite rapidement. Le fournisseur de produits et solutions de mise en réseau a d'ailleurs dû attendre sept trimestres avant de voir son chiffre d'affaires (CA) augmenter à nouveau. En vue de gagner des parts de marché, Cisco n'a pas hésité à puiser dans ses réserves de liquidités. Depuis 2015, il a racheté pas moins de 31 entreprises, spécialisées dans la sécurisation, les centres de données ou le cloud computing. Durant la période février-avril 2019, le 3e trimestre de son exercice fiscal tronqué, le groupe a réalisé un CA de 12,96 milliards de dollars, soit 4% de plus qu'au cours de la même période un an plus tôt, et nettement plus que le consensus. Il doit environ trois quarts (9,72 milliards de dollars) du CA consolidé à la vente de produits, le dernier quart (3,24 milliards de dollars), aux services. Son activité produits compte trois segments: Infrastructure Products, Applications et Security. Les produits d'infrastructure contribuent le plus au chiffre d'affaires; celui-ci s'est accru de 5%, à 7,5 milliards de dollars, porté entre autres par la gamme de commutateurs Catalyst 9000, commercialisée il y a deux ans. Le CA des applications a progressé de 9%, celui des solutions de sécurisation, segment produisant le moins de recettes, de 21%. Notons toutefois que dans ces deux derniers segments, ce sont les entreprises acquises qui soutiennent le CA; la croissance organique est moitié moindre. A 3,45 milliards de dollars, le bénéfice net a gagné 8% en glissement annuel. Le bénéfice par action (0,78 dollar) a progressé bien plus rapidement qu'attendu (+18%) - il faut y voir la conséquence des rachats d'actions et de la baisse (de 10%) de la facture fiscale. Le résultat d'exploitation ayant progressé plus vite que les dépenses, la marge d'exploitation s'est hissée de 31,5 à 32,2% en un an. La direction annonce, pour le trimestre courant, une croissance du CA comprise entre 4,5 et 6,5%. Comme le groupe doit 3% de ses recettes à la Chine, il n'a pas grand-chose à craindre du conflit entre Washington et Pékin. Du reste, le malheur de son concurrent Huawei va faire le bonheur de Cisco. Au trimestre écoulé, Cisco a versé en tout 7,5 milliards de dollars à ses actionnaires; 6 milliards affectés aux rachats d'actions du groupe (116 millions de titres au prix unitaire moyen de 52,14 dollars) et 1,5 milliard de dollars, aux dividendes (0,35 dollar par action). Plus tôt cette année, Cisco a étendu le programme de rachats de ses actions, ce qui explique qu'il lui reste encore 28 milliards de dollars. Les rachats se poursuivront au rythme actuel pendant quatre, cinq trimestres. Naturellement, la trésorerie du groupe s'amenuise en conséquence. Ainsi Cisco avait-il 34,6 milliards de dollars en caisse, pour une dette de 23,7 milliards, soit une trésorerie nette de 10,93 milliards de dollars, à la fin avril. Cela ne correspond plus qu'à 2,48 dollars par action (5,44 dollars, un an plus tôt). En l'espace d'un an, la position liquide nette a fondu de plus de moitié. De toute évidence, Cisco ne va plus pouvoir racheter ses actions longtemps au rythme actuel.La moitié de la croissance du bénéfice est attribuable aux rachats d'actions propres, et les entreprises acquises y ont contribué également. A un peu plus de 18 fois le bénéfice attendu, l'action n'est plus bon marché. Au demeurant, anticipant un ralentissement de la croissance de Cisco au cours des prochains trimestres, nous recommandons de vendre le titre. Conseil: vendreRisque: moyenRating: 3BCours: 56,42 dollarsTicker: CSCOCode ISIN: US17275R1023Marché: NasdaqCapit. boursière: 241,5 milliards USD C/B 2018: 21C/B attendu 2019: 18,5Perf. cours sur 12 mois: +33%Perf. cours depuis le 01/01: +29%Rendement du dividende: 2,5%