Schlumberger est le numéro un mondial des services pétroliers au monde, et était notre valeur énergétique favorite pour miser sur la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis. Les réserves de gaz de schiste sont souvent organisées de manière complexe et il est extrêmement difficile de les cartographier, de forer les couches tout en tenant compte des aspects environnementaux. Schlumberger dispose de la plus grande expertise technologique pour faire des projets de gaz de schiste un succès et donc donner lieu à de bons résultats de production. Un atout important du groupe franco-américain à plus long terme est sa présence mondiale. Quelque 70% de son chiffre d'affaires (CA) est réalisé en dehors d...

Schlumberger est le numéro un mondial des services pétroliers au monde, et était notre valeur énergétique favorite pour miser sur la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis. Les réserves de gaz de schiste sont souvent organisées de manière complexe et il est extrêmement difficile de les cartographier, de forer les couches tout en tenant compte des aspects environnementaux. Schlumberger dispose de la plus grande expertise technologique pour faire des projets de gaz de schiste un succès et donc donner lieu à de bons résultats de production. Un atout important du groupe franco-américain à plus long terme est sa présence mondiale. Quelque 70% de son chiffre d'affaires (CA) est réalisé en dehors de l'Amérique du Nord car le groupe est actif dans pas moins de 85 pays. Ce qui permet la diversification de risque nécessaire à plus long terme. Un autre atout est sa grande palette de produits et services pour les clients, en premier lieu les majors pétrolières. Le CEO Paal Kibsgaard a pu remettre le groupe sur la voie de la croissance et profite de la hausse des investissements en production et exploration de gaz et de pétrole, avec un accent particulier sur l'Arabie Saoudite, la Russie, la Chine et l'Australie. Pour le 2etrimestre écoulé (résultats trimestriels le 17/7), le consensus des analystes s'établit à 11,95 milliards USD de CA et 1,36 USD de bénéfice par action (respectivement +6% et +19% par rapport à l'an dernier). Pour la onzième fois consécutive, Schlumberger a dépassé les estimations moyennes des analystes, tant pour l'évolution du CA que du bénéfice. Le CA s'est établi à 12,1 milliards USD. Sur base annuelle, la croissance du CA ressort à 7,8%, contre 11,2 milliards USD au cours de la période comprise entre avril et juin 2013. Le bénéfice net s'est élevé à 1,8 milliard USD ou 1,37 USD par action. C'est un centime de dollar de mieux que le consensus des analystes. Les prévisions de CA et de bénéfice 2014 s'élèvent à 49,2 milliards USD (+9% par rapport aux 45,3 milliards USD de CA en 2013) et 5,70 USD par action (+20% par rapport aux 4,75 USD de bénéfice par action l'an dernier). Les analystes ont considéré positif que le groupe dépasse à nouveau les attentes, mais c'était de justesse. C'est pourquoi la plupart ont évoqué un trimestre "bon", mais pas exceptionnel. Les analystes et investisseurs n'étaient donc pas impressionnés. Qui plus est, la faible performance de l'Amérique du Nord a étonné. Une augmentation des frais a érodé les marges bénéficiaires. La marge d'EBIT a dès lors reculé de 19,7 à 18%. Les résultats en Amérique du Nord ont été quelque peu décevants mais ont donc été compensés par des résultats supérieurs aux prévisions à l'international : la croissance moyenne du CA est ressortie à 13% (de 2,88 à 3,27 milliards USD). Compte tenu des résultats successifs, Schlumberger est l'une des valeurs que nous avons pu vendre cette année en réalisant plus de 20% de plus-value. En l'occurrence, le gain est même supérieur à 40%. La raison de la vente tient au fait que notre objectif de cours (103 USD) avait été atteint, qui était calculé sur la base d'une valorisation de 18 fois le bénéfice escompté pour 2014 et d'un ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (EBITDA) de 10.ConclusionSchlumberger est un incontournable du secteur des services pétroliers mais le marché s'habitue aux très bons résultats et sa valorisation tendue laisse de moins en moins de place à une hausse et donc à un conseil positif.Conseil: conserverRisque: faibleRating: 2A