Le deuxième trimestre de l'année 2019 n'a pas apporté d'amélioration spectaculaire dans les résultats du géant franco-américain des services pétroliers: ces derniers étaient conformes aux prévisions. Si le cours de l'action a de nouveau légèrement reculé (-1%), c'est notamment parce que les prévisions du 3e trimestre n'ont pas été revues à la hausse. Face à ce malaise persistant, le conseil d'administration a sacrifié Paal Kibsgaard, CEO et président du conseil d'administration depuis le début de la décennie. Le 1er août, ce dernier a été remplacé à la tête de l'entreprise par un fidèle soldat, Olivier Le Peuch, qui devient le patron de Schlumberger après 32 années de carrière dans l'entreprise. La présidence du conseil d'administration a en revanch...