Sandstorm Gold n'a guère fait parler d'elle ces derniers mois. Le dernier grand fait d'armes de la société canadienne de royalties et de streaming spécialisée dans l'or date de début juillet, lorsqu'elle a récolté pour 57,5 millions de dollars (USD) de capitaux par le biais de l'émission de 12,9 millions d'actions à 4,45 USD l'unité (dilution de 9,4%). Sandstorm Gold a ainsi habilement profité de la forte hausse du cours de son action au printemps pour rembourser anticipativement la facilité de crédit de 110 millions USD qu'elle avait entièrement prélevée en octobre 2015 pour financer un contrat de streaming de 152 millions USD avec Yamana Gold. C'était de loin la plus grande transaction des Canadiens, qui ont investi au tot...

Sandstorm Gold n'a guère fait parler d'elle ces derniers mois. Le dernier grand fait d'armes de la société canadienne de royalties et de streaming spécialisée dans l'or date de début juillet, lorsqu'elle a récolté pour 57,5 millions de dollars (USD) de capitaux par le biais de l'émission de 12,9 millions d'actions à 4,45 USD l'unité (dilution de 9,4%). Sandstorm Gold a ainsi habilement profité de la forte hausse du cours de son action au printemps pour rembourser anticipativement la facilité de crédit de 110 millions USD qu'elle avait entièrement prélevée en octobre 2015 pour financer un contrat de streaming de 152 millions USD avec Yamana Gold. C'était de loin la plus grande transaction des Canadiens, qui ont investi au total plus de 300 millions USD ces deux dernières années. Tout comme sa grande soeur Franco-Nevada, Sandstorm Gold a beaucoup investi dans la future croissance pendant une période financièrement délicate pour les entreprises minières du fait de la baisse des cours des matières premières. La "pause" qui a suivi n'est donc que logique, d'autant que le redressement des cours des matières premières cette année a permis à la plupart des entreprises minières d'accéder à nouveau aux marchés de capitaux. Après l'augmentation de capital, les Canadiens disposaient à nouveau d'une position nette de trésorerie de 22 millions USD fin septembre (-56,4 millions USD), et le directeur Nolan Watson a affirmé récemment étudier activement de nouvelles transactions. Le portefeuille actuel se compose de 133 actifs, dont 21 en production et 22 en développement. Au troisième trimestre, la production a augmenté de 16,2% par rapport à l'an dernier, à 12.588 onces d'équivalent or. Après neuf mois, le compteur affiche 36.486 onces d'équivalent or (+0,8%). Grâce à la hausse moyenne du cours de l'or de 20% (à 1336 dollars l'once), le chiffre d'affaires (CA) a progressé au troisième trimestre de 39%, à 16,8 millions USD (+7% par rapport au deuxième trimestre). Sur neuf mois, la hausse s'établit à 7,3%, pour un CA de 45,9 millions USD. Les cash-flows opérationnels (EBITDA) ont progressé au troisième trimestre de 25,3% à 10,3 millions USD et s'élèvent à 28,9 millions USD après neuf mois (+12%). Sur la base du portefeuille existant et d'un cours de l'or à 1300 USD l'once, l'EBITDA augmentera (de 30,8 millions USD en 2015) à 68 millions USD en 2021 (+120%). L'an dernier, la production avait augmenté de 0,7% à 45.146 onces d'équivalent or, dans la fourchette de prévisions de 43.000 à 46.000 onces d'équivalent or. Pour l'ensemble de cette année, l'entreprise table sur 47.000 à 50.000 onces. Hors contrats supplémentaires, la production devrait atteindre 68.000 onces d'équivalent or en 2019. La qualité des actifs s'est nettement améliorée ces dernières années, comme l'atteste l'évolution de la part des cash-flows (attendus) qui proviennent de grandes et moyennes et entreprises minières : 12% en 2013, 77% en 2016, et même 90% pour 2019. ConclusionL'action a subi une correction de plus de 40% depuis son sommet de début septembre. L'amélioration de la qualité des actifs et des contreparties financièrement plus robustes contribueront à réduire la sous-valorisation de plus de 40% de Sandstorm Gold par rapport aux plus grandes sociétés de royalties (Franco-Nevada et Silver Wheaton). Le recul de l'action ouvre une belle fenêtre d'entrée. Nous réduisons le profil de risque à "B" (1B). Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BDevise : dollar (USD)Marché : New YorkCapitalisation boursière : 595 millions USDC/B 2015 : -C/B attendu 2016 : 83Perf. cours sur 12 mois : +42%Perf. cours depuis le 01/01 : +52%Rendement du dividende : -